CHC : Les syndicalistes s’élèvent contre la nomination d’un administrateur externe

Avec le soutien de

La colère gronde au sein de la Cargo Handling Corporation Ltd, après la proposition du Conseil d’administration de nommer un administrateur externe pour la gestion du port.

Jacques Faustin, le directeur par intérim de la CHCL, a fait valoir son droit à la retraite et s’en ira le 2 février prochain. Cette décision intervient à peine deux mois après le départ d’Archimède Lecordier, ancien Managing Director, parti en décembre dernier.

Le Conseil d’administration a proposé de nommer un administrateur externe pour leur succéder à la présidence de la CHCL, qui serait accompagné d’un comité composé des représentants des principaux actionnaires du port.
Ces derniers sont la State Investment Corporation (56%), la Mauritius Port Authority (40%), et l’Etat (4%). Une omniprésence étatique dans la gestion du rade plus qu’évidente, qui soulève la question de la privatisation possible du port.

« Il y a eu une ingérence politique quotidienne dans les affaires du port », déplore Rama Valaydon et José François, respectivement secrétaire général et conseiller technique de la Port-Louis Harbour and Dock Workers Union (PLHDWU). Ils dénoncent les pressions exercées pour obtenir le départ de Jacques Faustin.

Dans un communiqué, la direction de la PLHDWU pointe du doigt la SIC et qualifie cette proposition de « carrément indécente ». Les responsables syndicaux craignent que cette éventualité puisse « remettre en question les bonnes relations industrielles qui durent depuis plusieurs années déjà et qui sont nécessaires à l’épanouissement de ce secteur ».

La PLHDWU en appelle désormais au Premier ministre, afin d’empêcher « le fantasme d’odieux personnages qui veulent mettre notre port en péril ».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires