Championnats nationaux de judo : La jeune garde montre les crocs

Avec le soutien de

Les favoris ont été exacts au rendez-vous, les jeunes pousses du TFES confirmant l’excellent travail effectué sous la houlette de Nicolas Hery.

Les favoris, pour la plupart, ont été exacts au rendez-vous des Championnats nationaux de judo qui se sont déroulés durant le week-end au dojo de Grande- Rivière Nord-Ouest. Mais la bonne surprise est venue des jeunes pousses du groupe Trust Fund For Excellence In Sports (TFES). La génération montante a fait parler la poudre chez les seniors, à l’instar des Bryan Etienne, Sarah Sylva, Christiane Legentil, Gaël Némorin et Garry Guillaume.

Joseph Mounawah, directeur administratif de la Fédération mauricienne de judo, jiu-jitsu et disciplines assimilées, avait des raisons d’être satisfait à l’issue des championnats. « Il y a eu une bonne participation et, plus important, des combats très intéressants samedi. L’émergence des jeunes, surtout ceux du Trust Fund, me fait énormément plaisir. Je salue le travail abattu à ce niveau, en particulier celui de l’entraîneur Nicolas Hery », a-t-il confié. A son avis, la présence d’une dizaine de Seychellois et des judokas de Rodrigues a offert un cachet particulier à ces championnats.

En effet, les judokas de Rodrigues, éparpillés dans les clubs de Grande- Montage, Citronelle et du groupe Trust Fund, ont également réalisé une bonne prestation pendant le week-end. Jean-Paul Azie, coach rodriguais, ne pouvait se plaindre du résultat de ses poulains. « Nous avons présenté des judokas dans huit catégories et nous rentrons chez nous avec quatre médailles d’or. C’est encourageant pour la suite »,
a-t-il fait ressortir.

Joseph Mounawah revient lui sur les bonnes prestations, mais ajoute que des améliorations doivent être apportées dans certains secteurs. « L’ambiance était bonne. Les combats d’un bon niveau. Si nous continuons sur cette lancée, la relance est assurée. Néanmoins tout n’est pas rose », a-t-il précisé.

Le technicien s’explique : « Nous avons obtenu la participation d’au moins 5 à 6 personnes chez les lourds en masculin comme en féminin. Ce qui n’était pas arrivé depuis très longtemps. Nous espérons que cela ira dans cette direction pour les autres catégories aussi. Il y a des choses à corriger et nous allons nous y atteler dès la semaine prochaine. »

En ce qui concerne les changements apportés dans l’organisation des championnats selon le voeu de la Fédération internationale, Joseph Mounawah note des points positifs. « Faire la pesée 24 heures à 48 heures avant la compétition a été une bonne chose. Auparavant, nous perdions au moins deux heures avec cet exercice et cela incommodait nos amis des médias. Cela nous fait gagner au moins deux heures sur le programme.Même au niveau des athlètes, il n’y a pas eu de gros soucis, sauf des différences de 1,5 à 2 kilos. Ce qui n’est pas grave », a-t-il expliqué.


Formation

Quatre des neuf stagiaires reçus
Le stage de formation de la Solidarité Olympique, qui a pris fin le 20 octobre avec un examen de passage pour le BECS niveau 2, a vu la réussite de quatre stagiaires sur un total de neuf participants. Ce stage placé sous la houlette d’Alain L’Ecuyer a été favorable à Priscilla Chery-Lebon (63%), Laval Perrine (54 %), John Nanon (54 %) et Antonio Félicité (50 %). Jean-Yves Boodhoo (48 %), Michaëlla Mounawah (46 %) et François Jonathan (45 %) devront refaire le module écrit en 2010. En revanche, Marie-Michelle St Louis et Herold Samrandine devront refaire le module niveau 2 dans son intégralité


Jean-Hugues OLIVIER
[email protected]

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires