Célébrations du Nouvel an tamoul à Phoenix : Sithanen isolé et Ramgoolam embarrassé

Avec le soutien de

Le froid était palpable entre Rama Sithanen et Navin Ramgoolam, lors des célébrations du Nouvel An tamoul, le 14 avril au Indira Gandhi Cultural Centre (IGCIC), à Phoenix.&nbsp Le ministre des Finances est isolé et le Premier ministre embarrassé.
&nbsp
La salle était pleine à craquer pour les célébrations du Nouvel An tamoul, le mercredi 14 avril&nbsp à l’IGCIC à Phoenix. Le vice premier ministre et ministre des finances, Rama Sithanen, et son épouse pénètrent dans la salle. Il est alors 18h25. Le couple est salué par des sympathisants et des membres de la Mauritius Tamil Temple Federation (MTTF). Le couple à une extrémité de la scène. En l’espace de cinq minutes Jayen Cuttaree, Pravind Jugnauth, ainsi que plusieurs personnalités font également leur entrée.
&nbsp
Pravind Jugnauth prend place et ne regarde point en direction du Grand Argentier. 18h40, arrive Navin Ramgoolam, accueilli avec tous les honneurs. Ceux assis au premier rang se lèvent pour saluer le Premier ministre. Rama Sithanen se lève également. Il fixe Navin Ramgoolam, attendant, peut-être, que leurs regards se croisent, pour le saluer. Mais le Premier ministre ne regardera jamais dans en direction de son ministre des Finances.
&nbsp
Un couloir et quatre sièges sépare Rama Sithanen du Premier ministre, mais la distance&nbsp dans els relations entre les deux hommes semble encore plus grand. Sithanen à l’air plus isolé que jamais.

Tous les regards sont braqués sur les deux hommes. 19h50 le Vice Premier ministre Xavier-Luc Duval fait son entrée. Il prend, dans un premier temps, place à la droite du couple Sithanen avant de se lever pour se rapprocher de Navin Ramgoolam. Le changement de siège ne passe point inaperçu.
&nbsp
Xavier-Luc Duval et Navin Ramgoolam sont tout deux assis au premier rang. Les deux hommes et Jayen Cuttaree, le Deputy leader du Mouvement Militant Mauricien (MMM), qui remplace Paul Bérenger à cette cérémonie,&nbsp discutent.&nbsp
Au deuxième rang, juste derrière Navin Ramgoolam, Pravind Jugnauth discute avec Nando Bodha. A quelques mètres Rama Sithanen, observe ces échanges empreints de cordialité entre les trois dirigeants de l’Alliance Bleu-Blanc-Rouge. Le visage fermé, il ne laisse transparaitre aucune émotion. L’homme reste digne.
&nbsp
Dans son discours Navin Ramgoolam ne fera aucune mention de son ministre des Finances. «Je ne ferai pas de discours politique, ce n’est pas le lieu», déclare Navin Ramgoolam. Ceux qui attendaient avec impatience des développements sur le cas Sithanen resteront donc sur leur faim.
&nbsp
Le reste de l’allocution du Premier ministre est axé sur l’unité nationale dans la diversité et également sur les dangers du vote communaliste. « Il ne faut pas voter des candidats en fonction de leur communauté. Il faut que vous voter le parti, car nous serons tous amenés à vivre ensemble après les élections», indique Navin Ramgoolam. Et d’ajouter: «Ce n’est pas les titres qui comptent mais les actions.»

Le message du Premier ministre a plus d’une fois été ponctué de remarques venant de la salle. Ainsi au moment où le Navin Ramgoolam faisait remarquer qu’il est plus facile de détruire que de construire, une voix au fond de la salle réplique : « Toi ki pé détruire Sithanen !».

Auparavant, Menon Murday, le président de la Mauritius Tamil Temple Federation et Jayen Cuttaree avaient allumé le feu.

Menon Murday a parlé de la représentation de la communauté tamoule en faisant référence aux investitures aux prochaines élections : «&nbsp Il y a des circonscriptions où la communauté tamoule a toujours eu des représentants depuis l’indépendance. Nous demandons que cela continue », a-t-il dit.

Le Deputy leader du MMM, pour sa part a rappelé que le projet du Centre culturel tamoule lancé sous le précédent gouvernement est resté bloqué quatre ans. « Navin sa ! » pouvait-on entendre dans la salle.

Jayen Cuttaree a aussi lancé à l’auditoire « Si nous sommes solidaires, nous ne devons pas accepter des injustices contre les nôtres ! »

Les formalités d’usage terminées, Navin Ramgoolam a vite regagné sa voiture sans faire des déclarations à la presse. Pravind Jugnauth s’en est allé, juste après. Rama Sithanen leur a emboité le pas quelques minutes plus tard. Il s’est, lui aussi,&nbsp refusé à tout commentaire.

Le ministre des Finances semble plus que jamais isolé et le leader du Parti travailliste, lui est de plus en plus embarrassé par le cas Sithanen.&nbsp
&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires