Budget : Paul Bérenger réclame des mesures que Pravind Jugnauth va sans doute annoncer

Avec le soutien de

Le leader de l’opposition invite le ministre des Finances à présenter des mesures budgétaires qui soulageront les Mauriciens déjà courbés sous le poids d’un prêt logement et le financement des études tertiaires de leurs enfants à l’étranger.

Paul Bérenger réclame du ministre des Finances des mesures que celui-ci va, sans doute, annoncer dans son discours du budget, le mois prochain.

« Pour le Budget 2010-2011, le ministre des Finances, Pravind Jugnauth, doit faire en sorte que les Mauriciens déjà courbés par le poids d’un prêt logement et le financement des études de leurs enfants dans les universités étrangères bénéficient d’une exonération fiscale. Il faut qu’il tienne ses promesses faites durant la dernière campagne électorale », a déclaré le leader du Mouvement militant mauricien (MMM, lors de sa conférence de presse hebdomadaire, à l’hôtel Le Labourdonnais, à Port-Louis, ce samedi 16 octobre.

Paul Bérenger a fait toute une série de propositions qui permettront,dit-il, de contrecarrer la baisse du pouvoir d’achat des Mauriciens. Il soutient que le ministre des Finances a « une bonne marge de manœuvre.»

Axant sa conférence de presse sur le dicours du Budget en préparation et le sport, Paul Bérenger a fait ressortir que bien que l’économie en général soit dans une mauvaise passe, Pravind Jugnauth a suffisant de fonds pour mener à bien des projets sociaux.

Il avance ainsi que le prédécesseur du ministre des Finances, Rama Sithanen, avait alloué des milliards pour bon nombre de projets de construction et des fonds spéciaux mais que l’argent a été sous utilisé.

Paul Bérenger est d’avis que le ministre des Finances doit abolir la taxe sur l’épargne,&nbsp révoquer la National Residential Property Tax (NRPT) - la taxe immobilière étendue aux zones rurales – et annuler la taxe sur les premières 60 tonnes de sucre produits par les petits planteurs. Il réclame aussi un effort en ce qu’il s’agit des aides accordées aux handicapés, les orphelins et les veuves.

Le chef de l’opposition soutient ces mesures doivent être adoptées vu l’érosion du pouvoir d’achat des Mauriciens depuis 2005, surtout que, selon lui, la compensation salariale accordée par l’Etat année après année n’a pas été la hauteur. Paul Bérenger réclame ainsi une meilleure compensation « pour le rattrapage du pouvoir d’achat perdu».

Afin de donner un nouveau souffle aux Petites et moyennes entreprises (PME), il réclame des projets concrets. En ce qu’il s’agit des petits planteurs, il évoque l’inquiétude des sucriers à l’effet que l’abandon de la culture de la canne par ces derniers porterait un mauvais coup à l’industrie. Paul Bérenger propose ainsi que les petits planteurs produisant moins de 60 tonnes n’aient pas à payer le Cess.

Toujours pour venir&nbsp en aide aux petits planteurs, le leader du MMM propose que l’argent du Bagasse Transfer Price Fund, évalué à Rs 70 millions l’an dernier, leur soit versé en totalité. Quant aux pêcheurs, il explique qu’un train de mesures pour les inciter à s’aventurer hors du lagon serait une bonne chose.

Sur la question de l’aide aux défavorisés, l’ancien Premier ministre explique que Pravind Jugnauth doit permettre la reprise de la construction de logements sociaux. Avec un effort « spécial » pour Agaléga et Rodrigues.

Quant au volet sport de sa conférence de presse, Paul Bérenger parle de la nécessité de reformer les administrations régionales afin de donner un nouveau souffle au sport et au football en particulier. Il estime que la régionalisation est le moteur du sport et réclame au plus vite l’adoption d’une nouvelle loi.

Toujours sur le volet légal, il fustige les fédérations dans l’illégalité et l’existence de clubs fictifs qui ne sont en fin de compte que des béquilles pour certains hauts responsables du monde sportif. II évoque l’humiliante défaite du Club M face au Sénégal et salue, par la même, les deux médaillés de bronze au Jeux du Commonwealth.

Sur la question d’Agaléga qui a été dans l’actualité cette semaine, Paul Bérenger est d’avis que l’Etat mauricien aurait dû faire un démenti formel dès que la nouvelle avait&nbsp été publiée. Le journal indien Financial Express avait fait état des négociations pour la cession de l’archipel à la Grande péninsule.&nbsp « Pour moi, ce projet est inimaginable d’autant que l’Inde a été à nos cotés dès le départ, depuis l’affaire des Chagos, pour dénoncer le démembrement de notre territoire avant l’indépendance. »

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires