Bousculade mortelle

Avec le soutien de
Au lendemain de la bousculade près de La Mecque qui a coûté la vie à 345 personnes au moins, les autorités saoudiennes ont imputé hier la responsabilité du drame aux pèlerins. Mais de nombreux musulmans venus du monde entier pour le Hadj affirment au contraire qu'un dispositif de sécurité plus efficace aurait pu éviter cette catastrophe, dont le bilan est le plus lourd de ces seize dernières années. La bousculade s'est produite au dernier jour du pèlerinage annuel, sur le pont Djamarat de Mena, où se déroule le rituel de la Lapidation des stèles. Au moins 345 personnes ont péri écrasés par les mouvements de foule, dont une ressortissante française. Quelque 300 autres ont été blessés. «L'Etat a fait tout ce qui était en son pouvoir et tout ce qui pouvait être fait», a déclaré à la télévision le cheikh Abdelaziz al Sheikh, Grand mufti. Le plus haut dignitaire religieux du pays a ajouté que l'indiscipline des pèlerins était à l'origine du drame. Le prince héritier Sultan ben Abdelaziz, ainsi que le ministre de l'Intérieur, ont également reproché aux pèlerins de ne pas avoir suivi les consignes de sécurité. «Que tant de gens aient été tués nous peine, mais nous devons souligner que les forces de sécurité ont évité que bien d'autres désastres ne se produisent et ont sauvé de nombreuses vies», a déclaré le prince Nayef ben Abdelaziz, ministre de l'Intérieur, à l'agence saoudienne de presse SPA. Mouvements de foules contraires La légitimité de la «Maison des Saoud» repose aux yeux de nombres de musulmans sur sa capacité à accueillir charque année quelque 2,5 millions de pèlerins. Le pont Djamarat avait déjà été le théâtre de bousculades similaires, en 1994, en 1998, en 2001 et puis encore en 2003 et en 2004. Une partie des pèlerins veulent en effet suivre strictement l'exemple du prophète Mahomet, qui a initié le rituel de la lapidation des stèles (qui incarnent le diable) juste après la prière de midi. Les foules atteignent alors une densité très forte, et le moindre mouvement peut dégénérer en piège mortel pour les pèlerins. Même si par le passé certains dignitaires wahhabites ont souligné l'importance de suivre exactement l'exemple du prophète, les responsables religieux du pèlerinage insistent pour leur part pour que l'accomplissement de ce rituel soit étalé sur toute la journée. A en croire de nombreux pèlerins, le dispositif de sécurité n'a pas permis de mettre en oeuvre ces consignes. «Il semblait y avoir plus de forces de sécurité cette année, mais elles n'étaient pas très organisées, n'avaient pas de plan», témoigne Djihad, un Egyptien de 28 ans. «Les forces de sécurité auraient dû concentrer leurs efforts sur l'évacuation des squatteurs» qui s'installent avec leurs bagages le long du pont, regrette un autre Egyptien, Yasser Bakir. Jeudi, le drame s'est semble-t-il produit lorsque deux flots contraires de pèlerins se sont heurtés, les uns s'engageant sur l'ouvrage pour accomplir le rituel, les autres y retournant pour récupérer des affaires oubliées ou perdues. Pèlerinage Le pèlerinage de La Mecque en Arabie Saoudite, à 60 km de la Mer Rouge, est une obligation pour tout musulman au moins une fois dans sa vie, à condition qu'il soit en bonne santé et qu'il ait les moyens de le faire. Selon le Coran, il a été institué par Dieu, et c'est le cinquième pilier de l'Islam. Mahomet a fait son dernier pèlerinage quelques temps avant sa mort en 632. Le point fort se situe autour de la Kaaba, grand cube situé au centre de la cour de la mosquée de La Mecque. La Mecque attire plus d'un million de pèlerins par an. Croyance La tradition musulmane dit qu'Ibrahim (Abraham) a conduit une de ses épouses, Hajar (servante Agar selon la Bible) son fils Ismaïl (Ismaël), dans une vallée d'Arabie. Dieu a fait jaillir de l'eau sous le pied d'Ismaël pour lui donner à boire. Les caravanes qui passaient par là ont pu utiliser cette eau de source, baptisée Zemzem. Des commerçants ont alors décidé de s'installer dans ce lieu : c'est ainsi qu'est née la ville de La Mecque. La tradition dit ensuite qu'Ismaïl (âgé de 13 ans) et Ibrahim ont construit la Kaaba, bâtiment en forme de cube vide, comme lieu de culte. La Kaaba contient la Pierre Noire, météorite offerte par l'Ange Gabriel à Ibrahim, toujours selon la tradition. Ce pèlerinage est donc effectué pour l'amour de Dieu et en reconnaissance d'Ibrahim et d'Ismaïl; il peut permettre le pardon des péchés des pèlerins.
Les principaux drames survenus à la Mecque ●1975 : Décembre : un gigantesque incendie dans un campement de pèlerins près de La Mecque fait 200 morts. Le feu s?est déclaré à la suite de l?explosion d?une bouteille de gaz et s?est rapidement propagé dans les tentes. ● 1979 : 20 novembre : plusieurs centaines d?hommes armés hostiles au régime saoudien se barricadent pendant deux semaines dans la Grande Mosquée de La Mecque et prennent des dizaines de pèlerins en otages. L?assaut est donné le 4 décembre, avec les conseils de trois militaires français du GIGN (Groupe d?intervention de la gendarmerie nationale) envoyés par Paris à la demande de Ryad. Bilan officiel : 153 tués, 560 blessés. ● 1987 : 31 juillet : les forces de l?ordre saoudiennes répriment une manifestation interdite de pèlerins iraniens (402 morts, dont 275 Iraniens, selon un bilan officiel saoudien). Les relations diplomatiques irano-saoudiennes sont rompues le 24 avril 1988. Les Iraniens seront absents du pèlerinage jusqu?en 1991 et effectuent depuis sans incident leur manifestation traditionnelle. ● 1989 : 10 juillet : un double attentat aux abords immédiats de la Grande Mosquée de La Mecque fait un mort et 16 blessés. Seize chiites koweïtiens accusés d?être les auteurs de l?attentat sont exécutés le 21 septembre. 15 juillet: cinq Pakistanais sont tués et 34 autres blessés à la suite d?un incendie dans un campement de toile près de La Mecque ● 1990 : 2 juillet : une gigantesque bousculade se produit dans un tunnel de Mina, au sud de La Mecque, vraisemblablement à la suite d?une panne du système de ventilation. 1.426 pèlerins, asiatiques pour la plupart, meurent asphyxiés. ● 1994 : 24 mai : 270 pèlerins meurent dans une bousculade pendant le rituel de la lapidation de Satan à Mina, en raison d?un ?afflux record? de pèlerins selon les autorités. ● 1995 : 7 mai : trois personnes sont tuées et 99 autres blessées dans un incendie qui s?est déclaré dans un campement de pèlerins près de Mina. ● 1997 : 15 avril : un incendie provoqué par un réchaud à gaz ravage des campements de toile de pèlerins dans la vallée de Mina, faisant 343 morts et plus de 1.500 blessés. ● 1998 : 9 avril : plus de 118 pèlerins sont tués et plus de 180 blessés dans une bousculade à Mina lors du rite de la lapidation des stèles. ● 2001 : 5 mars : 35 pèlerins, 23 femmes et 12 hommes, sont tués et plusieurs autres légèrement blessés lors du rite de la lapidation. ● 2003 : 11 février : 14 fidèles, dont six femmes, périssent au premier jour de la lapidation des stèles à Mina. ● 2004 : 1er février : 251 personnes sont tuées dans une bousculade à Mina, au premier jour de la lapidation des stèles.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires