Bienvenu plus que jamais déterminé à en finir avec les marchands en centre-ville

Avec le soutien de

Le Piton Building à Curepipe où le maire Mario Bienvenu a fait détruire les étals des marchands ambulants il y a dix jours. 

Il ne cédera pas. Les marchands ambulants sont avertis : dans une interview accordée à l’express-dimanche, le maire de Curepipe, Mario Bienvenu, évoque entre autres, le fait que ses détracteurs veulent le faire passer pour un sans cœur qui met des familles sur la paille. Or, «plusieurs marchands ambulants vivent mieux que moi»
 
Il a délogé au moins 83 marchands ambulants de force la semaine dernière. Et a détruit leur étal à Piton Building et à la foire Ramdin. Depuis, les marchands ambulants de Curepipe ont enchaîné les manifestations contre la décision du maire Mario Bienvenu. Sauf que ce dernier affirme avec force qu’il n’entend pas céder. Tandis que lors d’un point de presse, vendredi 6 décembre, le leader du MMSD, Eric Guimbeau, a dit soutenir l’action du maire, alors que les marchands voulaient qu’il intercède en leur faveur. Optimiste, le maire Mario Bienvenu laisse, lui, comprendre qu’une fois la grogne passée, les marchands comprendront que  s’installer au Forum de Curepipe est tout à leur avantage. 
 
«Le Forum est parfaitement adapté puisque le mercredi et le samedi, il accueille déjà des marchands. Les récalcitrants devront se faire une raison : je ne ferai pas marche-arrière», prévient ainsi le maire dans une interview à l’express-dimanche ce 8 décembre. Expliquant son action, il précise qu’à Piton Building et à la foire Ramdin, les étals ont été détruits car les lieux étaient insalubres ; sans hygiène, ni sécurité. «Il fallait que les marchands quittent les lieux au plus vite», souligne-t-il.
 
Le maire est convaincu d’avoir agi pour le bien de la ville. D’ailleurs, soutient-il, tout le monde, à Curepipe, se plaignait des marchands ambulants. «Cela faisait des lustres qu’une concurrence déloyale menaçait leur gagne-pain. Les maires qui se sont succédé avaient tous promis de déloger ces marchands, mais ils n’ont rien fait. Nous, on l’a fait. Le but n’était pas de faire plaisir à qui que ce soit. J’ai fait partir ces marchands pour retrouver un centre-ville où il fait bon vivre. Nos inspecteurs se faisaient agresser. Certains ont pris des coups, c’est arrivé plusieurs fois. Ça ne pouvait plus durer», explique-t-il. 
 
Pour ce dernier, les marchands ambulants vont cependant finalement obtempérer. Même si, jusqu’ici, ils essaient par tous les moyens de le contraindre à changer d’avis, «en tentant de me faire endosser le rôle de sans-cœur qui met des familles sur la paille.» Puis en jouant sur la fibre ‘pa blie kot to sorti. Kouma dir, aster mo vinn enn gran peto !’ Mais au final, le maire est convaincu que «ces gens-là se font passer pou bann dimoun miser, mais la vérité c’est qu’ils vivent mieux que moi, certains sont même riches. Ils prétendent avoir acheté jusqu’à Rs 500 000 de marchandises en prévision des fêtes. Vous connaissez beaucoup de gens miser qui peuvent lâcher un demi-million comme ça ? Allons, pa pran dimoun pou kouyon !» 
 
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires