Best Loser System : Le chef de l’Eglise catholique s’invite dans le débat

Avec le soutien de

L’Evêque de Port-Louis fera connaître sa position sur l’avenir du Best Loser System dans sa lettre pastorale le mardi 21 février. Il donne déjà le ton, se demandant pourquoi l’on ne se bat pas pour le Mauricien qui sommeille en nous.

L’avenir du Best Loser System (BLS) est décidément sur toutes les lèvres. Après la levée de boucliers des dignitaires religieux musulmans le 27 janvier à la Plaine-Verte, c’est au tour du chef de l’Eglise catholique mauricienne de s’inviter dans le débat. Mais de manière plus nuancée.&nbsp

Contrairement aux maulanas Bahemia Areff, Luckleea et Haroon qui se sont&nbspprononcés pour le maintien de ce mécanisme inscrit dans le système électoral afin de garantir la représentativité des minorités sur la plateforme des hommes politiques, Mgr Maurice Piat compte faire entendre sa position dans sa lettre pastorale qui sera transmise à la presse le mardi 21 février. Soit à la veille du carême pascal.

L’Evêque de Port-Louis a décidé de consacrer quelques lignes sur la question, d’autant que le rapport du Pr Guy Carcassonne sur la réforme électorale préconise l’abandon du BLS. « « Pourquoi avons-nous si peur d’être représentés au Parlement par d’autres que les nôtres ? » se demande Mgr Piat.

« Pourquoi garder dans notre Constitution l’inscription d’une telle méfiance ? Est-ce avec elle que nous allons bâtir une nation mauricienne ?», s’interroge-t-il encore. Et de questionner les catholiques : « Pourquoi désespérer du Mauricien qui sommeille en nous ? Il n’est pas mort, il dort. Qui le réveillera ? »

Sans conteste le discours de l’Evêque de Port-Louis prévu dans quinze jours sera très suivi d’autant que le Premier ministre n’a pas cessé d’être inconstant sur l’avenir du BLS. D’un côté, il déclare qu’il est contre l’obligation faite aux candidats à la députation de déclarer leur origine ethnique, et de l’autre, il rassure les musulmans que ce mécanisme ne sera pas revu si les droits des minorités ne sont pas garantis.

Traditionnellement, le message du chef de l’Eglise Catholique est comme un sermon au pouvoir. Pour la lettre pastorale de 2011, Mgr Piat avait mis l’accent sur l’écologie. Lors de la dernière messe chrismale, il a déploré la&nbsphausse du coût de la vie et l’étalage de richesse de certains.

Le 1er janvier, en présence de l’Evêque de Port-Louis, le Vicaire général Jean Maurice Labour avait dénoncé les maisons de type « boîte allumettes » construites par l’Etat pour ceux au plus bas de l’échelle. Pour lui, ces habitations vont à l’encontre de la dignité humaine.&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires