Bérenger : «Je vois mal la cour approuver le projet de carte d’identité tel quel»

Avec le soutien de

Face à la presse ce jeudi 3 octobre, Paul Bérenger s’est appesanti sur la nouvelle carte nationale d’identité, évoquant notamment des «problèmes de sécurité». Il a également abordé son retour en tant que leader de l’opposition. «Des gens avaient encore des doutes sur ma guérison, en reprenant mon poste, je leur montre que tout va bien», a-t-il soutenu.

«Il y a trop d’abus et ce projet portera atteinte aux droits fondamentaux des Mauriciens. Je vois mal la Cour suprême ou le Privy Councilaccepter tel quel le dispositif de la nouvelle carte d’identité», a estimé Paul Bérenger. C’était lors d’une conférence de presse ce jeudi 3 octobre à Port-Louis. Et il a longuement commenté le projet de nouvelle carte nationale d’identité alors que la contestation s’amplifie avec notamment des demandes d’injonction en Cour.

Selon Paul Bérenger, la nouvelle carte d’identité – dont les informations seront stockées sur un serveur central – pose des problèmes de sécurité. Il a cité un article de la BBC, établissant que les données sécurisées de Michelle Obama, l’épouse du président américain, avaient été piratées. Et a notamment fait valoir qu’en Allemagne, il n’y a pas de banque de données centrale et que les informations de chaque citoyen sont stockées uniquement sur la carte d’identité. Les citoyens sont libres de donner ou non leurs empreintes digitales, a affirmé Paul Bérenger.

Prenant ensuite l’exemple de l’Angleterre, il a indiqué que le projet de loi pour une nouvelle carte d’identité avait été voté en 2006 par le gouvernement travailliste malgré les objections de l’opposition et du comité parlementaire des droits de l’homme. Mais, en 2010, le nouveau gouvernement a abandonné le projet «en respect de la vie privée. Malgré tout, 257 millions de livres sterling (environ Rs 10 milliards) avaient été dépensées». A Maurice, a-t-il ajouté, au lieu de Rs 1,5 milliard, ce projet aurait pu «coûter Rs 300 millions si on avait retenu une des firmes qui avait répondu à l’appel d’offres initial».

«C’est aussi une honte que la question d’une nouvelle carte d’identité n’a pas été débattue dans un projet de loi séparé au Parlement. Le gouvernement a introduit des dispositions en catimini, en décembre 2009, dans le Finance Bill», a aussi dénoncé Paul Bérenger. Et d’ajouter : «Il n’y a pas eu de vrai débat démocratique.»

Lors de ce point presse, Paul Bérenger est également revenu sur le fait qu’il arepris les rênes en tant que leader de l’opposition : «Des gens avaient encore des doutes sur ma guérison, en reprenant mon poste, je leur montre que tout va bien.» Il souligne qu’Alan Ganoo, qui l’a remplacé durant ce temps, «a fait un superbe travail» et qu’il était convenu «dès le départ qu’il démissionnera».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires