Bérenger: «Jamais nous n’avons été aussi près d’une vraie réforme électorale»

Avec le soutien de

Paul Bérenger a promis que le Remake remettra bientôt un draft de ses propositions concernant la réforme électorale au gouvernement.  

L’enthousiasme de Paul Bérenger pour la réforme électorale est loin d’être éteint. Durant la conférence de presse du Mouvement militant mauricien (MMM), ce samedi 5 avril, il a soutenu qu’une «vraie réforme électorale» est proche, à moins d’une «volte-face» de Navin Ramgoolam.

Le leader de l’opposition a toutefois indiqué que «nous continuons d’insister sur nos propositions, que nous estimons meilleures. Soit 62 candidats élus, 20 à la proportionnelle et 8 députés intégrés au Parlement». Il a également été question d’un draft des contre-propositions du Remake, qui devrait être remis «bientôt» au Premier ministre. 

Trois points restent à régler, déclare Paul Bérenger. Le premier concerne le nombre de députés sur les listes des partis. Navin Ramgoolam a proposé 16, tandis que le MMM penche plus pour 20. Ensuite, il s’agira de se mettre d’accord sur la méthode pour choisir les candidats battus. Le MMM préfère la méthode Sachs au système de Wasted Votes du Livre blanc.

Enfin, Paul Bérenger n’est pas tout à fait d’accord avec le seuil de 10% imposé aux partis pour l’obtention de sièges sous la représentativité proportionnelle. «Nous proposons 7,5%, mais nous sommes ouverts à la négociation. Mais nous sommes du même avis que le Parti travailliste à l’effet que le seuil de 5% est trop faible», a expliqué le leader de l’opposition.    

La réforme électorale n’a pas été le seul sujet abordé lors de cette conférence. Trois sujets d’actualité «prioritaires» ont également intéressé le leader de l’opposition. Celui-ci a pris note du désaccord apparent entre Rashid Beebeejaun, le ministre de l’Energie, et Xavier-Luc Duval, le ministre des Finances, à propos du projet CT Power. «Beebeejaun affirme que les travaux vont démarrer dans quatre mois, a lancé Paul Bérenger, mais Duval a dit au Parlement qu’il n’y aura pas de permis tant que les noms des actionnaires n’ont pas été divulgués.»

Le chef des mauves a par ailleurs soutenu que ce projet, qui coûtera Rs 10 milliards à l’Etat, mènera le pays à «une catastrophe». Il demande au gouvernement d’annuler ce projet, et de lancer un appel d’offres international pour une centrale de 2 x 50 MW, et «peu importe s’il s’agit de gaz, de charbon ou de bagasse».

Paul Bérenger a aussi promis que si le MMM retrouve le pouvoir, la loi sera amendée afin que toutes les données confidentielles recueillies pour la nouvelle carte d’identité soient détruites.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires