Bérenger invite le public à refuser l’enregistrement de la nouvelle carte d’identité

Avec le soutien de

«N’allez pas convertir votre carte d’identité ni donner de vos empreintes jusqu’à une décision de la cour.» Paul Bérenger, leader de l’opposition, est revenu sur la nouvelle carte d’identité lors de son point de presse, ce samedi 5 octobre. 
 
«Au début, la règle était la prison pour ceux qui s’opposaient au changement», a commenté le leader de l’opposition, Paul Bérenger en évoquant la nouvelle carte d’identité et ceux qui ne voulaient pas suivre les procédures d’enregistrement. Lors d’un point de presse, ce samedi 5 octobre, il a relevé l’astuce utilisée par le gouvernement pour «déguiser la réalité». Car, désormais, le règlement du National Identity Card Act  souligne que les citoyens n’ont pas l’obligation de s’enregistrer avant septembre 2014. C’est d’ailleurs ce règlement qui a été appliqué dans le cas de Pravind Jugnauth qui contestait cette mesure en cour.
 
Paul Bérenger qualifie ainsi la position du gouvernement d’anticonstitutionnelle. «Nou dir dimounn pa al tir cart la ni al donn lemprein ziska la cour decide», a indiqué Paul Bérenger.  Ce dernier s’est en outre engagé à annuler ces procédures si le Remake revient au pouvoir. 
 
Sir Anerood Jugnauth (SAJ) a pour sa part soutenu que le gouvernement abuse de son pouvoir en profitant de l’argent public. «Il y avait au préalable un appel d’offres d’une compagnie privée de Rs 400 millions pour réaliser ce projet. Le PM a opté pour l’octroi du contrat aux Singapouriens pour Rs 1,5 milliard. Cela, sans appel d’offres», a indiqué SAJ. Ce contrat a ensuite été sous contracté à une compagnie privée locale. Et la dépense s’est accentuée avec le coût de la gestion de la base de données qui s’élève à Rs 300 millions par an, a ajouté SAJ. 
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires