Banque centrale : Inflation de 7,8% en juin à cause des prix des produits alimentaires

Avec le soutien de

La Banque de Maurice estime que l’inflation a pris la courbe ascendante pour les mois à venir. Elle prévoit un taux d’inflation d’une année sur l’autre atteignant 7,8% en juin prochain, pour fléchir à 7% en décembre. Il est de 7,2% actuellement.

L’inflation devrait être une source de préoccupation majeure au niveau mondial cette année en raison de la hausse attendue des prix de l’alimentaire et du pétrole. Comme Maurice est un "net food importer" et que notre achat de pétrole est notre plus importante dépense d’importation, l’impact de l’inflation importée devrait se faire sentir.

Les prix de l’alimentation devraient augmenter en raison des conditions climatiques défavorables qui ont affecté les récoltes et l’accumulation de stocks par mesure de précaution de la part de pays importateurs. De plus, la demande dans les pays émergents augmente, estime dans une analyse l’Inflation Report de la Banque de Maurice.

Dans une de ses dernières études, l’Organisation mondiale pour l’agriculture et l’alimentation (FAO) met en garde contre une hausse significative des prix qui pourrait engendré une augmentation de l’inflation au niveau international.

Le prix du pétrole a, de son côté, été poussé à la hausse par une demande soutenue de la part des pays émergents tandis que les pays développés constatent une intensification de la reprise économique. Les tensions dans le Moyen Orient et l’Afrique du Nord devraient continuer à exercer des pressions sur les prix du pétrole.

Le Fonds monétaire international prévoyait un taux d’inflation de 1,6% dans les pays développés et de 6% dans les pays émergents au début de cette année. Ces prévisions ont été révisées sensiblement à la hausse. Deux pays émergents, la Chine et l’Inde, sont nos principaux fournisseurs.

La poussée inflationniste pourrait être plus forte que prévue pour Maurice en raison de notre volume d’importation d’Asie, confirme la Banque centrale. La hausse des prix des produits de consommation n’arrange en rien la situation. De plus, l’activité économique devrait reprendre plus rapidement. Ce qui augmentera la demande.

La perspective d’un retour de l’inflation pourrait jouer sur la fixation des prix et encourager des demandes de compensation salariale plus élevées. Les "Inflation expectation surveys" menés par la Banque de Maurice indiquent que les analystes et hommes d’affaires s’attendent de plus en plus à un taux d’inflation élevé. La façon dont cette attente sera répercutée sur les prix et les demandes de compensation salariale cosntituera un facteur clé pour l’évolution du taux d’inflation.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires