Bérenger se dit scandalisé par le nombre de maisons de retraite fonctionnant dans l’illégalité

Avec le soutien de

Le Leader de l’opposition est outré par le nombre de maisons&nbsp de retraite qui opèrent dans l’illégalité. Il compte interroger la ministre de la Sécurité sociale, lors de la prochaine séance parlementaire, le mardi 21 juin.

Dix&nbspmaisons de retraite opèrent dans l’illégalité. C’est ce qu’a révélé Leela Devi Dookun-Lutchmun, le mardi 14 juin dernier, soit un jour avant la Journée Mondiale de la lutte contre la maltraitance à l’égard des personnes âgées. Le Leader de l’opposition affirme que cette situation est inacceptable. C’est ce qu’il a dit lors de son point de presse hebdomadaire, ce samedi 18 juin, à l’hôtel Labourdonnais, à Port-Louis.

«Il a fallu qu’il y ait la Journée Mondiale de la lutte contre la maltraitance des personnes âgées pour que Leela Devi Dookun-Lutchmun vienne annoncer qu’il y a 10 maisons de retraite qui fonctionnent illégalement. L’opposition veut savoir depuis quand elle travaille sur ce dossier et ce qu’elle a fait jusqu’à présent », affirme Paul Bérenger.

Le leader de l’opposition rappelle également que la ministre du Développement de l’enfant, Sheila Bappoo, avait, quant à elle, attendu, «qu’il y ait une série de maltraitance envers des enfants pour avouer qu’elle manquait de ressources humaines dans son ministère ».

Le nombre d’employés handicapés dans le secteur public a aussi été évoqué, lors du point de presse de Paul Bérenger. Ce dernier souligne qu’il trouve «honteux pour un ministre de la Fonction publique de répondre que la loi qui stipule que les entreprises devraient compter au moins 3% de personnes handicapées, ne s’appliquait pas au gouvernement ».

Paul Bérenger soutient que le gouvernement doit respecter la loi afin que cela serve d’exemple au secteur privé. « A une question parlementaire de Satish Boolell, Ashit Gungah a avoué que sur les quelque 50 000 employés du secteur public, seuls 72 étaient des personnes handicapées. Et selon mes informations ce chiffre est faux, il y en a uniquement 52. C’est honteux. C’est le gouvernement qui doit donner l’exemple », soutient-il.

Le leader du Mouvement Militant Mauricien (MMM) a aussi abordé la question de l’élevage des singes, à Maurice. Il est d’avis que la loi devrait protéger les animaux et a concédé que « malheureusement, jusqu’à présent, les tests doivent encore se faire sur ces derniers pour le domaine médical ».

«Il faut que la souffrance infligée à ces animaux soit minimale et que tous les efforts soient faits pour développer d’autres moyens de tester l’efficacité des&nbsp médicaments. Et la loi doit pourvoir à cela », indique Paul Bérenger.

Par ailleurs, le leader du MMM a donné son opinion sur le cas Rehana Ameer, la syndicaliste licenciée par la Mauritius Broadcasting Corporation. Il qualifie cette situation « d’injustice révoltante» et soutient qu’il suit l’affaire de très près.
Paul Bérenger s’est aussi montré critique à l’égard du nouveau ministre du Commerce, Michael Sik Yuen. «Il est pire que Soodhun. Il n’a même pas été correctement informé sur ses dossiers
», conclut-il.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires