Bérenger pose des conditions à la conclusion d’une éventuelle alliance MMM-MSM

Avec le soutien de

Le leader du Mouvement militant mauricien (MMM) pose deux conditions à la&nbsp réalisation d’une éventuelle alliance de son parti avec le Mouvement socialiste militant (MSM). Par ailleurs, il affirme que Navin Ramgoolam « raconte des histoires » sur la teneur des propos que lui aurait tenus sir Anerood Jugnauth.

Paul Bérenger change de ton en ce qu’il s’agit du « Remake 2000». Le leader du MMM a posé, lors d''une conférence de presse ce vendredi 9 mars, deux conditions pour que se concrétise une réédition de l’alliance MSM-MMM&nbspde 2000 et de 2005.

« Il n’y aura pas d’alliance MSM-MMM sans une mise en minorité de Navin Ramgoolam au Parlement et sans l’aboutissement, dans les moindres détails, des négociations avec le MSM », a déclaré&nbsp le leader du MMM. C''est seulement quand&nbsp ces deux conditions seront remplies que le MMM proposera un vote sur la question à son assemblée de délégués.

Le leader de l’opposition émet également des sérieux doutes quant à la capacité du MMM et du MSM de mettre en minorité le chef du gouvernement à l’Assemblée nationale et ainsi provoquer des élections générales anticipées. Il faut dire que, la semaine dernière encore, Paul Bérenger affichait un certain enthousiasme quant à la réalisation d’une alliance&nbspqui serait dirigée par l’actuel président de la République. Toutefois, Il précise qu’il n’y aura aucune négociation avec le Parti travailliste (PTr).

D’autre part, le leader mauve fustige le Premier ministre après sa déclaration sur les propos que lui aurait tenus sir Anerood Jugnauth lors de leur rencontre du jeudi 8 mars. Paul Bérenger affirme que le leader du PTr ne dit pas la vérité. « Navin Ramgoolam raconte des histoires quand il soutient que sir Anerood Jugnauth lui aurait fait cette déclaration et il le sait mieux que moi. Ce qui est drôle c''est que le chef du gouvernement se présente comme l’attaché de presse du président de la République. En tout cas, moi, je sais tout ce que j’ai besoin de savoir », affirme Paul Bérenger.

Il estime que la teneur de la conférence de presse de Navin Ramgoolam, lundi dernier, constitue un manque de respect envers la présidence de la République. Le Premier ministre devrait, selon lui, présenter ses excuses au chef de l’Etat.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires