Bérenger: "Des années-lumière séparent le MMM du MSM sur des points fondamentaux"

Avec le soutien de

Il n’y aura pas d’alliance MMM-MSM, et il est hors de question que le MMM entre au gouvernement avant les prochaines élections générales. Ces précisions ont été apportées par Paul Bérenger lors d’un point de presse, ce samedi 8 octobre à Ebène.

Le leader du Mouvement Militant Mauricien (MMM) a, lors de sa conférence de presse à l’hôtel Ebène Link, ce samedi 8 octobre, fait une importante déclaration qui apporte un éclairage sur la situation politique actuelle. En effet au début de son point de presse, Paul Bérenger a tenu à apporter des précisions sur l’éventualité des alliances que pourrait contracter son parti.

Il a précisé qu’il n’y a pas en ce moment des discussions pour une alliance entre son parti et le Mouvement Socialiste Militant (MSM). Et il a ajouté «&nbsp je ne crois pas qu’il y aura une alliance entre le MMM et le MSM. Des années-lumière séparent le MMM et le MSM sur certaines choses fondamentales. » Ces questions fondamentales sont l’unité nationale, la démocratie et la méritocratie.

En ce qui concerne une éventuelle alliance entre le MMM et le Parti Travailliste, Paul Bérenger déclare qu’il est « hors de question que le MMM entre au gouvernement avant les prochaines élections générales. »

Le&nbsp leader de l’opposition a par la suite abordé la question des pouvoirs du Président de la République. Il avance qu’il est erroné de dire que le Président peut révoquer sans consultation aucune des fonctionnaires protégés par la Constitution. Ceux qui sont concernés sont le Commissaire électoral, le Commissaire de police, le Director of Public Prosecutions, le Directeur de l’Audit et l’Ombudsman.

Paul Bérenger a précisé que le chef de l’Etat doit consulter le Conseil des ministres pour certaines nominations. Selon le leader du MMM, le Président de la République peut décider de son propre chef dans trois occasions seulement, à savoir quand il nomme le Premier ministre, le leader de l’Opposition, et quand il met en marche la machinerie pour révoquer Commissaire électoral, le Commissaire de police, le Director of Public Prosecutions, le Directeur de l’Audit et l’Ombudsman. Il a précisé que dans ces cas le Président doit bien utiliser son jugement afin de ne pas se retrouver dans une situation embarrassante.

Toufefois, le leader de l’opposition a précisé que la Constitution prévoit que le Premier ministre a le devoir de garder le président de la République « fully informed » de la gestion des affaires de l’Etat.

Dans le projet de 2e République dont on parle, en ce moment, le MMM propose que la Constitution soit amendée pour accorder&nbsp au Président de la République d’autres pouvoirs complémentaires à ceux détenus par le Premier Ministre. « Il faut étendre les pouvoirs du Président et lui donner un rôle diplomatique. Ces nouveaux pouvoirs ne doivent pas être aux dépens du Premier ministre et du ministre des Affaires Etrangères, mais complémentaires » déclare Paul Bérenger.

Le leader du MMM a aussi évoqué le problème des pêcheurs de Bambous Virieux. Il déplore l’absence de dialogue entre les parties concernées et le déficit d’information. Le MMM est solidaire des pêcheurs et son leader lance un appel au gouvernement pour qu’il se penche sur ce dossier et établisse un dialogue avec les pêcheurs regroupés au sein de l’Association du Soleil Levant.&nbsp

L’octroi d’un contrat à une firme Singapourienne pour conseiller le gouvernement mauricien sur l’introduction de nouvelles cartes d’identité a aussi été commenté. Le leader du MMM a fait un appel au gouvernement pour qu’il&nbsp y ait davantage de transparence dans la gestion de ce dossier.


La Rédaction
Avec Natacha Martin ( Radio One)

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires