Bérenger dévoilera un scandale par semaine pour « éviter un pourrissement généralisé »

Avec le soutien de

Le leader de l’opposition estime qu’il est temps de « secouer la baraque » vu que la situation à Maurice s’empire de plus en plus au niveau de la moralité dans les affaires. Il s’est appesanti sur une affaire de « tender » à la Central Water Authority (CWA).

Paul Bérenger n’a pas été tendre, ce samedi 1er octobre, à l’égard de l’Independent Commission against Corruption (ICAC) qui, selon lui, ne fait pas son comme il le faut. Lors de sa conférence de presse hebdomadaire, il a indiqué qu’il placera désormais cet exercice sous le signe d’une dénonciation en règle, semaine après semaine, des scandales qui, estime-t-il, conduisent Maurice dans une « situation de pourriture généralisée ».

Promettant de dévoiler un scandale par semaine, le leader de l’opposition a rappelé que depuis la fin de 2010, il y a eu les affaires Infinity, NeoTown, Rose-Belle Sugar Estate ou encore le contrat sans tender à la Banque centrale. Paul Bérenger estime que « l’ICAC est tellement concentrée sur l’affaire MedPoint », qu’elle néglige les multiples autres affaires qui devraient faire l’objet d’enquêtes. Ajoutant que, lui, il ne permettra pas que « ces affaires finissent aux oubliettes ».

« Partout où on met le nez dans ce pays, il y a de la pourriture
», estime Paul Bérenger. Et de citer en exemple la CWA, pour une affaire de tender qui aurait pu coûter très cher à la population, ajoute-t-il. L’organisme responsable de l’eau à Maurice avait lancé un appel d’offres pour la fourniture de chlore, auquel avaient répondu quatre soumissionnaires, avec des offres de Rs 51 millions, Rs 40 millions, Rs 25 millions et Rs 24 millions. L’offre de Rs 40 millions, de Desbro Trading Ltd avait été d’abord retenue, avant d’être approuvée par le Board de la CWA et par le ministre de tutelle, Rashid Beebeejaun. La moins chère, celle de Rs 24 millions, de Island Chemicals Ltd, avait été rejetée parce qu’elle comportait apparemment des lacunes.

Or, lors d’un appel devant l’Independent Review Panel (IRP), en septembre, cette même offre d’Island Chemicals fut trouvée tout à fait en règle. Paul Bérenger devait signaler que dans une lettre en date du 23 août 2011, l’avoué de la CWA, était pourtant parvenu à la même conclusion que l’IRP. « Y a-t-il eu complot ? Et s’il y a eu conspiration, qui va enquêter ? L’ICAC ou la CCID ? » devait lancer le leader de l’opposition. Avant de dire que ce sont les consommateurs qui allaient devoir régler les Rs 15 millions supplémentaires.

Pour Paul Bérenger, si cela continue, le pays deviendra vite « ingouvernable », d’autant plus que cette affaire d’appel d’offres à la CWA est liée à une autre affaire concernant la Family Planning Welfare Association (FPWA). En effet, l’un des membres du Board de la CWA avait auparavant fait l’objet d’une enquête à la FPWA pour l’utilisation d’une voiture alors qu’il touchait une allocation de transport.

Dans ce cas, cette personne ne reçut en décembre 2010, indique le leader de l’opposition, qu’un avertissement après enquête de l’ICAC. « Comme toujours à Maurice, après cette affaire, cette personne fut promue après un warning in lieu of prosecution, devenant membre du Board de la CWA. »

Et Paul Bérenger devait signaler qu’en outre, cette même personne est aussi Officer in Charge au Comité pour la démocratisation de l’économie. « Que préside Nita Deerpalsing ! » n’a pas manqué de rappeler le leader de l’opposition.
Vu le fonctionnement de l’ICAC, Paul Bérenger a annoncé que les quatre députés de l’opposition, sur les neuf, qui siègent au sein du comité parlementaire chargé de superviser l’ICAC, soumettront leur démission. Pour sa prochaine conférence de presse, le leader de l’opposition a annoncé qu’il dévoilera une affaire portant sur un contrat de Rs 1 milliard.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires