Bérenger contre-attaquera Mohit

Avec le soutien de
Paul Bérenger ressort son expression fétiche, celle qui traduit sa mauvaise humeur : « Enough is enough ! » Celui qui le pousse à bout n?est autre que Raju Mohit. « Après le récent jugement du Privy Council (NdlR : Le Conseil privé a autorisé Mohit à contester la décision du DPP qui avait rayé sa Private Prosecution contre Paul Bérenger), j?ai décidé de mettre un terme aux mensonges de Raju Mohit. Je veux rétablir les faits et je saisirai la Cour pour cela », a-t-il lancé hier lors de sa conférence de presse au Domaine Les Pailles. Selon Paul Bérenger, ce n?est pas vrai qu?il aurait aidé Toorab Bissessur, ex-membre de l?escadron de la mort, à échapper à la justice. « Si j?ai décidé d?envoyer Toorab Bissessur et sa famille à Madagascar, c?était parce que celui-ci voulait révéler tout ce qu?il savait sur l?escadron de la mort mais qu?il ne pouvait le faire à Maurice, parce que, disait-il, sa vie était en danger ». Paul Bérenger a « aidé » Toorab Bissessur en août 1997 alors qu?il était leader de l?opposition. Raju Mohit conteste par voie juridique cette « aide ». Dans son action en cour, logée en 2001, il accuse Paul Bérenger de « harbouring a criminal ». Mais le DPP devait par la suite rayer ce procès cette même année. Raju Mohit n?a pas baissé les bras et a choisi de porter l?affaire jusqu?au Privy Council. « Couma enn pauvre Mohit ti pou ena cash pour entame enn procedure ki coute des centaines de milliers de roupies. C?est clair qui Parti travailliste derriere li. » Ce que dément catégoriquement Raju Mohit (voir hors-texte). Paul Bérenger a d?autre part confié que Toorab Bissessur lui aurait téléphoné il y a quelques jours : « Mais j?ai refusé de le rencontrer pour le moment. » Selon le leader du MMM, pour démanteler l?escadron de la mort, il aura fallu attendre l?an 2000 quand il était vice-Premier ministre. Toute cette affaire a éclaté en 2001. Toorab Bissessur déclare, dans une déposition à la police que Paul Bérenger lui aurait remis une importante somme d?argent pour qu?il se rende à Madagascar avec sa famille. La veuve d?une des victimes du triple assassinat de la rue Gorah Issac initie, le 23 mai 2001 une Private Prosecution contre le leader du MMM. La plainte est rayée par le DPP. C?est alors qu?intervient Raju Mohit qui loge une autre Private Prosecution. Nolle Prosequi, statue une fois encore le DPP. Mais Raju Mohit continue malgré tout. Le match Mohit-Bérenger risque de durer encore longtemps.
En quête d? « Insaaf » Raju Mohit prend déjà de la distance par rapport à sa petite victoire acquise sur Paul Bérenger et notre judiciaire devant le Privy Council. « Cela aidera à faire avancer les choses à Maurice. » Cet habitant de Triolet, diplômé en mathématiques, statistiques et économie à l?université de Bénarès en Inde, a connu un parcours professionnel plutôt éclectique. Ses études terminées, il vivra pendant un temps de leçons particulières, pour ensuite travailler dans les assurances. Il quittera bientôt ce domaine pour lancer une agence de location de voitures. Avant d?ouvrir une librairie et une petite auto-école qu?il gère avec son frère. Le parcours politique de Mohit n?en est pas moins tortueux. Lui, qui se qualifie de « féru de politique », le démontrera dès ses 14 ans en participant aux manifestations estudiantines de 1975. Un peu plus tard, c?est sous l?aile d?Harish Boodhoo qu?il s?épanouira à partir de 1986 pour ensuite soutenir l?alliance MSM-MMM lors des élections générales de 2000. C?est en apprenant que Paul Bérenger aurait « aidé » Toorab Bissessur, un membre présumé de l?escadron de la mort, qu?il aurait décidé de demander des comptes en public. Pour cela, il fonde en 2001, le mouvement Egalité et Justice : Insaaf (justice en hindi). Qui entamera une campagne nationale de dénonciation à grand renfort d?affiches et de tracts. Que Mohit affirme avoir payé « de ses poches ».
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires