Bérenger continue à alimenter les conférences de presse du PTr

Avec le soutien de

On serait presque tenté de croire que s’il n’y avait pas de Paul Bérenger, il n’y aurait pas non plus de conférence de presse du Parti Travailliste (PTr). Car depuis quelque temps, le leader du Mouvement Militant Mauricien (MMM) alimente, à lui tout seul, tout le discours de son alter-ego de politicaillerie, James-Burty David. Et le dernier point de presse du PTr du samedi 13 décembre n’a pas dérogé à la règle.


Car le principal intervenant, le ministre des Administrations Régionales, James-Burty David, a concentré son discours sur l’événement qui ponctué les travaux parlementaires de la semaine. Notamment l’épisode où Paul Bérenger a comparé la coiffure du ministre des Finances, Rama Sithanen, à «lake sat».

«C’est triste pour la démocratie. C’est une mentalité d’un autre âge», lance James-Burty David. «En s’attaquant aux cheveux de Rama Sithanen, c’est tout un pan de la mentalité des colons qui revient de l’avant», enchaîne-t-il. Insistant sur le terme «colon» plusieurs fois, James-Burty David n’a pas lésiné sur les qualificatifs, et autres formules pour lesquelles il est connu, pour poursuivre ce débat qui a déjà provoqué pas mal de remous hors de l’Assemblée nationale.

Car selon l’intervenant du PTr, Paul Bérenger a usé de «l’arme du faible» et du «chemin de l’insulte» quand il a vu qui ne pourra pas croiser le fer avec Rama Sithanen. Et James-Burty David n’a pas manqué de rappeler les «nombreuses fois» où «le récidiviste du dénigrement qu’est Paul Bérenger» a eu recours à ce genre de langage envers d’autres personnalités de la scène politique.

Alors que Paul Bérenger – aspirant à être le prochain Premier ministre de Maurice en «autoproclamant» son parti le plus «grand» du pays – commente des événements de l’actualité au même moment à Rose-Hill, son adversaire direct, Navin Ramgoolam, se tient à distance de la politicaillerie. Un choix stratégique de communication, qui le pousse à faire des déclarations fortes que lorsqu’il le juge utile.


Pendant ce temps, le leader du PTr laisse le soin aux autres, en l’occurrence James-Burty David, de poursuivre la joute verbale entre le PTr et le MMM dans l’arène médiatique. Un choix qui doit ravir le ministre des Administrations Régionales, lui qui ne cache pas son aise à trouver des formules qui se veulent assassines.

Ainsi, à défaut de pouvoir s’affirmer comme un prétendant sérieux au poste de Premier ministre, Paul Bérenger n’a réussi qu’une chose: alimenter le PTr en arguments pour que son adversaire direct du moment, James Burty David, lui réponde à distance.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires