Bérenger annonce une MBC « indépendante » et ses « pleins pouvoirs » à l’ICAC

Avec le soutien de

L’ancien Premier ministre a déjà des idées en tête pour son prochain programme électoral avec le MSM. Il annonce une télévision d’Etat qui fera son travail de manière impartiale et une Commission anti-corruption qui retrouvera ses pleins pouvoirs.

Paul Bérenger s’attelle déjà au programme électoral de l’alliance Mouvement militant mauricien/Mouvement socialiste militant (MMM/MSM) pour les prochaines législatives. Si jamais cette alliance basée sur une réédition de l’accord de 2000 reprend le pouvoir, l’ancien Premier ministre promet une Mauritius Broadcasting Corporation (MCB) « vraiment indépendante », la mise en onde des chaînes de télévision privées et de « redonner » ses pleins « pouvoirs » à l’Independent Commission Against Corruption (ICAC).

Ce sont, entre autres, les changements mis de l’avant par le leader de l’opposition lors de sa conférence de presse hebdomadaire ce samedi 3 mars à Port-Louis. Il a, d’ailleurs, un slogan tout trouvé : « nettoyer, méritocratiser et démocratiser ». Ce, pour venir à bout de la « pourriture » qui s’est installée au sein des différentes institutions et corps paraétatiques de Maurice sous le règne travailliste.

Paul Bérenger jure ainsi de « nettoyer » le pays afin de venir à bout de la fraude et de la corruption. Il annonce des nominations basées sur la méritocratie au sein des corps paraétatiques et non sur une base « communale » et de « petits copains ». Dans le même registre, il prône le retour de la démocratie régionale, la réforme du système électoral et un contrôle du financement des partis politiques.

Le leader de l’opposition brosse un tableau sombre de l’avenir du pays sous la houlette des travaillistes. Il déplore que la situation de l’ordre et de la paix - « law and order » - se détériore, tout comme le déficit de la balance commercial ainsi que le taux de chômage. Il condamne la récente hausse de 10 % du prix de la bonbonne de gaz et estime que ce n’est qu’un ballon-sonde en attendant celle de l’essence et du diesel.

Pour Paul Bérenger, « le pays est en danger » et il faut à tout prix éviter qu’il n’aille à sa perte. En évoquant la dégradation au sein des institutions, il dit avoir mené une enquête sur des agissements ayant cours à l’Université de la Technologie de Maurice (UTM).

A l’issue de sa conférence de presse, il a expliqué qu’au cas où le Comité central du MMM vote en faveur d’un remake de 2000 ( Ndlr : celui-ci a voté avec une majorité de 33 contre 10 samedi après-midi), il envisage une motion de censure au Parlement afin de mettre le gouvernement en minorité. Selon lui, au moins une demi-douzaine de membres de l’alliance au pouvoir n’est pas contente de la façon dont le pays est géré.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires