Bérenger: «Ramgoolam, Duval et Sithanen sont responsables du crash d’Air Mauritius»

Avec le soutien de

Le «crash d’Air Mauritius» a été le sujet phare de Paul Bérenger&nbsp à la première conférence de presse de 2009 du Mouvement Militant Mauricien (MMM).

Air Mauritius, c’est un scandale qui en cache plusieurs autres selon le leader des mauves. Paul Bérenger fustige, d’emblée, Navin Ramgoolam, Xavier-Luc Duval et Rama Sithanen. Ils sont présentés comme étant les principaux fautifs du «crash d’Air Mauritius». Une catastrophe qui aurait pu être évité, selon Paul Bérenger.

Le scandale du «Hedging» ne serait, en fait, qu’une «grosse goutte d’eau dans un vase qui déborde maintenant», s’insurge Paul Bérenger. «Ramgoolam est dépassé par les événements. Il est dans un cafouillage total. Il est incapable de faire une réflexion sur cette affaire», estime le leader des mauves.

La deuxième salve est destinée à Rama Sithanen, la cible préférée de Bérenger: «Il a complètement été écarté dans les rencontres entre Navin Ramgoolam et Air Mauritius. C’est choquant, car il est le ministre des Finances.» Puis c’est au tour de Xavier-Luc Duval d’en prendre pour son grade. «On ne l’entend plus celui-là. Normalement, c’est lui qui aurait dû répondre aux questions ayant trait à Air Mauritius», lâche Paul Bérenger.

Après s’en être pris au trio Ramgoolam, Duval et Sithanen, Paul Bérenger explique que «le crash d’Air Mauritius» n’est pas seulement le résultat du Hedging. Il soutient que cette crise est due à la politique de petits copains au sein de cette compagnie. Une politique qui engendre un gaspillage de millions de roupies en privilèges réservés au Top management. Paul Bérenger s’indigne aussi du fait que certains membres du gouvernement préféreraient voir Air Mauritius couler pour que d’autres compagnies aériennes, qui se sont déjà positionnées, la rachètent.

Par ailleurs, le leader des mauves a aussi déclaré que «le crash d’Air Mauritius n’est que le début d’une série. La State Trading Corporation (STC) fera bientôt face au même type de problèmes de Hedging. Puis, d’autres compagnies telles que les Casinos, la Central Electricity Board (CEB) et la Cargo Handling Corporation (CHC) seront aussi affectés par des problèmes», prédit Paul Bérenger. Selon le leader du MMM la STC serait au centre d’un autre scandale qui ferait bientôt grand bruit. Une affaire d’achat de pétrole à une compagnie indienne en serait l’origine.

Paul Bérenger s’est aussi attardé sur l’arrestation «arbitraire», du journaliste Nadarajen Pillay qu’il décrit comme un abus de pouvoir. «Navin Ramgoolam dit qu’il n’était pas au courant de cette affaire et l’a découverte en lisant les journaux. Qui croira à cette histoire? Il est tant que cela cesse. C’est un conseil d’ami que je donne au Commissaire de police. On entend trop souvent parler d’ordres venant d’en haut. Il ne faut pas céder aux caprices du prince», lance Paul Bérenger.

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires