Bérenger : « La réforme électorale ne doit pas échouer à cause du Best Loser System »

Avec le soutien de

Le Mouvement militant mauricien (MMM) et le Parti travailliste (PTr) se sont déjà mis d’accord sur presque tous les détails d’une éventuelle réforme électorale, selon Paul Bérenger. Il ne reste qu’à trouver, précise-t-il, un consensus sur le Best Loser System (BLS) et la méthode à être utilisée pour la représentation proportionnelle.

Le leader du MMM est longuement revenu sur les discussions qu’il a eues avec le Premier ministre sur la réforme électorale lors de sa conférence de presse de ce samedi 21 janvier. Paul Bérenger a commenté les deux points qui sur lesquels, dit-il, le MMM et le PTr sont en désaccord, en l’occurrence la méthode de calcul qui sera utilisé pour l’élection des députés à partir d’une Party List pour la représentation proportionnelle et le BLS.

Paul Bérenger affirme que le MMM et le PTr sont sur la même longueur d’onde sur pratiquement tous les points qui doivent être abordés dans le projet de révision de notre système électoral. Il prévient qu’il est hors de question que le projet de réforme électorale échoue à cause du Best Loser System.

Le leader des mauves soutient que lors des dernières discussions entre les dirigeants du MMM et ceux du PTr, les deux parties étaient d’accord pour le maintien de 62 députés élus sous le système du First Past the Post. A ceux-ci viendront s’ajouter 20 autres députés de la liste des élus sur la base de la représentation proportionnelle. Un minimum de 10&nbsp% des votes exprimés servira de seuil d’éligibilité pour toutes les formations politiques qui soumettront chacune au préalable leur Party List pour la proportionnelle.

Les deux partis se sont aussi mis d’accord pour l’introduction d’un mécanisme pour promouvoir la représentation féminine. Il s’agit de garantir, comme c''''est le cas pour les élections régionales, la participation d’au moins un tiers de candidates aux élections générales.

Sur le deuxième point qui reste en suspens, le leader des mauves souhaite que le BLS soit maintenu avec quelques petits changements et postule que cette méthode de correction de la représentation ethnique au Parlement mourra de lui-même. Il propose que le nombre de députés correctifs soit réduit à quatre ou à six et l’élimination de la déclaration de l’appartenance ethnique pour les candidats à la députation. Il reviendra, dans ces conditions, à la Commission électorale de nommer les députés correctifs en classifiant lui-même les élus et les meilleurs perdants.

«&nbspMalheureusement, ce que le MMM craignait est arrivé. Les débats sur l’élimination du BLS ont créé beaucoup d’inquiétude au sein de la communauté musulmane. Ce n’est pas une coïncidence si la plupart des personnalités politiques issues de cette communauté ont pris position contre cette possibilité&nbsp», ajoute Paul Bérenger.

Il fustige au passage Rama Sithanen et Navin Ramgoolam qui ont déclaré que la représentation proportionnelle est incompatible avec le BLS. Le leader de l’opposition assure quel tel n’est pas le cas et que dans la pratique, rien n’empêche cette coexistence.

Paul Bérenger déclare que le MMM est pour l’élimination du BLS mais qu’il préfère «&nbsplaisser le temps au temps&nbsp». «&nbspAprès une ou deux élections le BLS s’éliminera de lui-même sans créer une quelconque inquiétude au sein de la communauté musulmane&nbsp», espère-t-il.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires