Bérenger : « Boolell devra s’expliquer sur la cession alléguée d’Agalega à l’Inde »

Avec le soutien de

Le leader de l’opposition, Paul Bérenger, se dit insatisfait des explications du ministre Arvin Boolell qui a démenti l’information révélée par le Times of India à l’effet que le gouvernement mauricien aurait cédé Agalega à l’Inde. Selon Paul Bérenger, cette information « doit avoir sa raison d’être ».

Le démenti apporté par le ministre des Affaires étrangères au sujet de l’information révélée par le Times of India qui fait état d’un accord entre l’Inde et Maurice concernant Agalega n’a pas convaincu le leader du Mouvement militant mauricien (MMM), Paul Bérenger, qui s’exprimait à l’occasion d’un meeting à Beau-Bassin le vendredi 6 juillet.

Selon le leader de l’opposition, cette information doit avoir sa raison d’être et n’a pu être publiée naïvement. « Cette information doit avoir sa raison d’être, le ministre Boolell devra rendre des comptes », a-t-il déclaré. Le leader des mauves a aussi dit qu’il évoquera ce dossier en long et en large dans sa conférence de presse hebdomadaire.

Paul Bérenger a également formulé deux revendications. Il souhaite en premier lieu la tenue des élections municipales le plus vite possible ainsi que la concrétisation de la réforme électorale. « Les élections municipales doivent avoir lieu très vite », a-t-il poursuivi. Le leader du MMM a cependant dit qu’au vu de « la situation actuelle », des élections générales seraient préférables.

Au sujet de la réforme électorale, il n’a pas manqué de critiquer le Premier ministre, Navin Ramgoolam, qui, selon lui, n’a pas le courage ni la volonté politique de présenter une réforme électorale. « Le MSM, le MMM et le Parti Travailliste partagent le même avis sur la réforme électorale, mais Ramgoolam ne se montre pas suffisamment courageux », a-t-il indiqué.

Le leader de l’alliance MMM/MSM, sir Anerood Jugnauth, a une fois de plus brossé un sombre tableau du pays. Il a émis de graves inquiétudes sur la situation du law and order ainsi que la situation économique. « Si nous continuons dans la même direction, le pays sera plongé dans la misère noire », a-t-il affirmé.

L’ancien président de la République a aussi commenté le carnaval tenu à Flic-en-Flac le dimanche 31 juillet. Selon lui, cet événement, qui a été organisé dans le cadre de la Mauritius Shopping Fiesta, a fait beaucoup de tort à Maurice. Il se dit aussi convaincu que ce carnaval a coûté plus de Rs 5 millions. Ces chiffres ont été avancés par le ministre du Tourisme, Michael Sik Yuen.

Sir Anerood Jugnauth a une fois de plus lancé un appel auprès des ministres et députés du Parti Travailliste pour qu’ils se désolidarisent au plus vite de Navin Ramgoolam.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires