Avortement : Navin Ramgoolam se prononcera sur le projet de loi vendredi après-midi

Avec le soutien de

Navin Ramgoolam fera sa première intervention sur la dépénalisation partielle de l’avortement, ce vendredi 1er juin. Il sera le cinquième intervenant lors de la séance parlementaire spéciale qui sera uniquement consacrée aux amendements proposés à la Criminal Code Act.

Les débats sur&nbsple projet de décriminalisation de l’interruption de grossesse se poursuivront lors de la séance spéciale de l’Assemblée nationale, ce vendredi 1er juin. L’intervenant vedette sera sans conteste le Premier ministre qui a su garder le silence malgré toute l’effervescence qu’a provoquée la présentation en première du Criminal Code (Amendment) Bill à l’Assemblée nationale.

Navin Ramgoolam, cinquième sur la liste des trente-six intervenants prévu avant la conclusion de l’Attorney General, devrait prendre la parole en fin d’après-midi. Si Navin Ramgoolam s’est déjà prononcé en faveur de l’avortement, il y a quelques années, il n’a pas encore donné son avis publiquement sur le projet de loi présenté par un membre de son Cabinet, en l’occurrence, l’Attorney General.

Navin Ramgoolam interviendra après les ministres Lormesh Bundhoo et Sheila Bappoo ainsi que les députées de l’opposition Arianne Navarre-Marie et Leela Devi Dookun-Luchoomun. Il faut dire que le No 2 du gouvernement, le vice-Premier ministre Rashid Beebeejaun, est parmi les quelques élus qui n’ont pas souhaité intervenir sur ce projet de législation.

Il est peu probable que les députés se consacrent à l’examen en comité des amendements ainsi qu’au passage au vote, inscrits à l’agenda de la séance parlementaire de vendredi. Même avec de courtes interventions, tous les députés souhaitant se faire entendre sur ce projet de loi n’auront pas l’occasion de prendre position même si la séance dure jusqu’aux petites heures du matin.

Ainsi les débats devraient être renvoyés au mardi 5 juin. Si les amendements sont passés au vote lors de cette séance, ce sera en l’absence du chef du gouvernement. Ce qui est également très peu probable. D’autant plus qu’il est confirmé qu’il y aura une « division of vote », avec&nbspl''affirmation du député Adil Ameer Meea qu’il en exigera un.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires