Aux parlementaires rouges et bleus : Ramgoolam veut gouverner sans le MSM

Avec le soutien de

Le Premier ministre a informé les membres de sa majorité, réunis à Clarisse House, ce mercredi après-midi, qu’il compte poursuivre son action au gouvernement sans le concours du Mouvement Socialiste Militant (MSM).

Le divorce est sur le point d’être prononcé. Durant plus de deux heures cet après-midi du mercredi 3 août le chef du gouvernement n’a réuni que les parlementaires du Parti Travaillistes et du Parti Mauricien Social Démocrate (PMSD), à Clarisse House, à Vacoas, pour leur faire part de sa décision de se séparer du Mouvement socialiste militant (MSM).

Entre 16h30 et 18h45, Navin Ramgoolam a expliqué à son camp son action depuis la démission des six ministres du parti soleil le mardi 26 juillet. Il a fait un exposé sur la situation politique actuelle et présenté les différentes options qui s’offrent à lui au vu de la conjoncture actuelle.

Il est clair pour les élus bleus et rouges que la cassure est imminente. D’autant que leur chef semble vouloir « ignore » le leader du MSM. Au Sun Trust, nul n’a été convié à cette réunion au sommet mais les élus orange font encore état de leur « loyauté » à l’Alliance de l’Avenir.

Navin Ramgoolam, semble-t-il, n’a pu convaincre des backbenchers du MSM à rallier son camp. La députée Pratiba Bholah, dont le nom a été cité avec insistance dans les milieux travaillistes, déclarait à lexpress.mu dans la soirée qu’elle reste fidèle à son parti.

Aux yeux de Navin Ramgoolam, la démission des six ministres MSM dans le sillage de l’arrestation de Maya Hanoomanjee est un chantage. Ex-ministre de la Santé, elle a été inculpée pour trafic d’influence par la Commission anti-corruption, soupçonnée d’avoir favorisé l’achat de la clinique MedPoint, un établissement appartenant à la sœur et au beau-frère de Pravind Jugnauth, pour un prix gonflé à Rs 144,7 millions.&nbsp

La raison évoquée pour justifier la démission collective des ministres MSM tournerait autour de la façon de faire de la Commission anti-corruption. Navin Ramgoolam n’en a pas tenu compte, faisant état de sa confiance dans l’intégrité des institutions de l’île dans un communiqué ce lundi 1er août, ce qui s’apparente fort à une claque sonnante à Pravind Jugnauth.

Au Sun Trust, il se chuchote, bien qu’il ait juré fidélité à l’Alliance de l’Avenir, Pravind Jugnauth est aussi en faveur d’une séparation. Mais ses lieutenants espèrent encore qu’il reviendra à de meilleurs sentiments et qu’il saura désamorcer la bombe qu’il a lui-même activée.

A mardi soir, au MSM, certains estimaient que si Navin Ramgoolam ne s’est pas encore exprimé publiquement sur la cassure, c’est parce qu’il n’a pas pu s’attirer les faveurs des élus orange.

Lire aussi :

Le Premier ministre convoque les députés du PTR et du PMSD à la Clarisse House

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires