Aucun risque sanitaire avec le projet CT Power, soutient le Central Electricity Board

Avec le soutien de

Lors de la reprise de l’affaire portée par CT Power devant l’Environment Impact Tribunal, un directeur du Central Electricity Board (CEB) affirme que le projet de central électrique au charbon à Albion ne comporte aucun risque pour la santé.

Le ministère de l’Environnement est dans l’impasse. Le Central Electricity Board (CEB) vient de le contredire quant aux risques sanitaires qui auraient pu être causés par l’installation d’une centrale électrique fonctionnant au charbon par CT Power, à Albion.

Le groupe malaisien a saisi l’Environmental Appeal Tribunal (EAT) le 15 février en réaction à la décision du Conseil des ministres, en date du 14 janvier, pour le gel de ce projet. Le gouvernement avait émis des réserves sur le projet, s’étant basé sur un rapport technique du ministère de l’Environnement.

CT Power n’a pas tardé à réagir : d’une part, le site de Pointe-aux-Caves, à Albion, lui a été proposé par le gouvernement. Ensuite, il a traîné les pouvoirs publics devant l’EAT, les accusant d’avoir usé d’un subterfuge pour bloquer ce projet.

Après le Project Coordinator appelé devant l’EAT le jeudi 14 juillet, CT Power a convoqué, ce jeudi 25 août, le Corporate Planning &amp Research Manager du CEB, Shamshir Mukoon. Comme le premier expert, ce dernier a indiqué que le projet ne comporte aucun risque pour la santé des riverains.

Shamshir Mukoon a avoué que CT Power dispose des technologies nécessaires pour mener à bien son projet de centrale à charbon. Lesquelles sont proches de celles utilisées par l’opérateur local, sauf qu’il a recours au fioul et que le groupe malaisien penche pour le charbon.

Cette affaire est suivie de près par les lobbys socioreligieux, ceux-ci affirmant que les hommes d’affaires asiatiques sont victimisés. Ils surfent plutôt sur les propos du chef du gouvernement quant à l’octroi d’un terrain à bail dans la région du port au groupe indien Patel Engineering pour le projet Neotown.

Si l’Etat a décidé de ne pas donner son feu vert au projet, c’est à cause des réserves exprimées par un comité technique. Toutefois, après avoir été vivement interpellé sur ce dossier à une fonction d’une association socioculturelle tamoule, le Premier ministre a laissé entendre que ce rapport aurait été manipulé.

Le document met toutefois en lumière certaines craintes exprimées tant par les écologistes que par les riverains. Outre les retombées de cendres, il y a la congestion routière qui sera causée avec un surnombre de poids lourds chargés de charbon sur l’axe Port-Louis/Albion.

CT Power ne comprend plus rien à la décision du gouvernement car c’est lui-même qui avait conduit un Environmental Impact Assessment (EIA) sur le site de Pointe-aux-Caves, estimant qu’il était parfaitement adapté pour ce projet. De l’autre, le CEB allait entrer dans l’actionnariat de la nouvelle centrale.

Toujours à propos du site de Pointe-aux-Caves, un rapport commandité par le ministère de l’Environnement ainsi que par le Programme des Nations Unies pour le Développement (Pnud) auprès de Mott MacDonald avait estimé qu’il était adapté pour ce projet. Ce qu’a confirmé le Supplementary Environment Impact Assessment (SEIA) que CT Power avait réclamé.

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires