Au Ganga Talao : le Premier ministre évite les questions politiques dans son discours

Avec le soutien de

Navin Ramgoolam ( à g.) n''a pas abordé des questions d''actualité politique dans son discours au Ganga Talao, le vendredi 17 février. Il a aussi annoncé que le gouvernement a accédé à la demande du président du Mauritius Sanatan Dharma Temples Federation, Somduth Dulthumun ( à dr.) qui souhaite qu’un ‘mandir’ soit construit au Grand-Bassin.

Le Premier ministre n’a semble-t-il pas voulu alimenter davantage la polémique : Politique et religion. On se rappelle que le discours du  chef du gouvernement au collège Aleemeah, à Phoenix lors des célébrations du Yaum Un Nabi le dimanche 5 février, avait été interrompu. Certains membres de l’audience dont le travailleur social Salim Muthy, reprochaient à Navin Ramgoolam de parler politique lors d’un service religieux. 

Ainsi dans son discours, le Premier ministre s’est abstenu de tout commentaire notamment sur la réforme électorale et le Best Loser System (BLS). Auparavant le chef du gouvernement a tout le long de son intervention insisté sur deux points fondamentaux : La confiance et la conviction. Selon lui,  tout un chacun doit apprendre à cultiver ces deux attitudes. C’est en faisant référence aux écrits des livres sacrés et aux figures de l’hindouisme que Navin Ramgoolam a illustré ses propos. Il a ainsi rappelé que le  dieu Krishna n’a pas hésité à terrasser tous ceux qui semaient le mal. « Il faut faire la différence entre le bien et le mal. Et il nous faut être capables d’éliminer le mal, même si cela implique de tuer les membres de sa famille », a-t-il fait ressortir.

Navin Ramgoolam a finalement indiqué que tout être humain finira tôt ou tard comme de la cendre, « tout comme le dieu Shiva qui s’est recouvert de cendre », a-t-il affirmé.
 

Le premier ministre a aussi révélé que son gouvernement a décidé d’approuver la requête formulée par le président de la Mauritius Sanatan Dharma Temples Federation (MSDTF). Aux dires du Premier ministre, Somduth Dulthumun réclame depuis l’année dernière la construction d’un ‘mandir’ au Ganga Talao.

« « La Mauritius Santan Dharma Temples Federations regroupe 275 temples dans le pays et son président m’a demandé depuis l’année dernière de corriger une anomalie », a déclaré Navin Ramgoolam. Ce dernier a ainsi laissé entendre qu’il n’est pas « normal », qu’un lieu  de culte comme le Ganga Talao ne possède un temple. « Il faut que justice soit faite », a-t-il souligné.

 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires