Au château du Réduit : Sir Anerood Jugnauth va régler ses comptes vendredi

Avec le soutien de

Pour la première fois durant ses neuf ans au château du Réduit, le Président de la République va tenir un point de presse ce vendredi 30 mars. Rien n’est officiel mais il se pourrait qu’il annonce sa démission dans le style qu’on lui connaît.

Œil pour œil, dent pour dent... C’est ce vendredi que le Président de la République a choisi de régler ses comptes avec les locataires de l’Hôtel du gouvernement. Sir Anerood Jugnauth a, en effet, convié la presse à prendre connaissance de&nbsp son « statement » au château du Réduit, à 10h30.

Tout laisse croire que l’ancien Premier ministre va annoncer sa démission car c’est la toute première fois depuis ses neuf ans au Réduit qu’il tient un point de presse. S’il invite la presse, c’est pour ne pas risquer d’être victime de « manipulations » de la part de la station de radiotélévision nationale qui a déjà montré de quoi elle était capable, notamment&nbsp la couverture accordée par la MBCTV au discours de Sir Anerood, à la Hindu House, le lundi 19 mars.

L’annonce éventuelle de sa démission viendra mettre un terme aux six mois de conflit larvé entre lui-même et le gouvernement. Surtout depuis que l’opposition a évoqué son come-back dans l’arène politique et sa candidature comme Premier ministre au sein d’une éventuelle alliance Mouvement socialiste militant/Mouvement militant mauricien (MSM/MMM) rééditée selon l’accord de 2000.

La première salve de Sir Anerood envers le pouvoir remonte à septembre 2011. Il a confié à Radio One qu’il envisage de démissionner si c’est pour le bien du pays. A ce moment-là, la Commission anti-corruption évoquait la possibilité d’inculper son fils Pravind pour conflit d’intérêt dans l’achat, par l’Etat, de la clinique MedPoint, établissement de santé privé dont des membres du clan familial sont les actionnaires majoritaires. Pravind Jugnauth avait alors déjà quitté le gouvernement de Navin Ramgoolam.

« L’ICAC pé fané » a aussi été le mot lancé il y quelque temps par le Président, alors que la Commission anti-corruption poursuivait son enquête&nbsp en convoquant également&nbsp son fils, ancien No.4 du gouvernement. Deux mois plus tard, en novembre, profitant du lancement d’un recueil de poèmes à la mairie de Port-Louis, le Président n’a pas manqué d’attaquer le gouvernement quant au renvoi des élections municipales.

Durant le même temps, invité à un atelier de travail sur le bhojpuri, à Mahébourg, Sir Anerood a déploré la dégradation de l’ordre et de la paix dans le pays. Il a aussi&nbsp fustigé le pouvoir travailliste pour son projet de privatiser les casinos dans lesquels l’Etat est actionnaire majoritaire parce qu’ils&nbsp sont déficitaires. D’où la fameuse phrase : « est-ce que vous avez déjà entendu dire que les casinos font faillite ? »

Il annonçait déjà la couleur ce jour-là : pour lui, le pays va mal. Et il accuse le pouvoir de mener le pays au gouffre. Il a repris ce même thème lors du séminaire sur les médias en début de semaine dernière.

La posture du Président a finalement fait le jeu du chef de l’opposition, Paul Bérenger, celui-là même qui a mené campagne contre le clan Jugnauth et le MSM. Le leader du Mouvement militant mauricien est parvenu à leur vendre un remake de 2000 conclue à la clinique MedPoint, ne pouvant tolérer qu’il soit le « junior » de Pravind Jugnauth. Selon les termes de cet accord, Sir Anerood sera Premier ministre trois ans durant et les deux ans restants reviendront au leader mauve d’après une formule à l’israélienne.

Le Président ne s’est jamais prononcé sur cette éventualité, mais tout laisse croire qu’il va succomber à cette tentation. Le Premier ministre, lui, a déjà invité Sir Anerood à faire part de sa position quant à sa possible candidature au sein d’une future alliance blanc/mauve, d’autant que le Comité central du MMM a ratifié ce projet.

Si le Président sera le futur premier ministrable de l’opposition, celle-ci pourra sans doute provoquer des élections législatives anticipées. En essayant d’appâter des députés déçus par Navin Ramgoolam et qui ne voudraient pas rater le coche si jamais la vague MSM/MMM déferlait de nouveau comme en 2000.

Aux dires des dirigeants au Sun Trust, dès que Sir Anerood aura quitté le Réduit, il réunira la presse pour faire état de ses neuf ans passés à la présidence. Lui-même et Paul Bérenger rencontreraient ensuite la presse pour faire part de leur programme afin de « sauver le pays ».

Ce jeudi, le Président officiera très probablement à sa dernière activité et aura peut-être des choses à dire contre le gouvernement. Il donne une réception en l’honneur des Lauréats de la cuvée 2011, au Château du Réduit.

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires