Au centre Indira Gandhi: Balraj Narroo invite Sir Anerood Jugnauth à démissionner

Avec le soutien de

Balraj Narroo (photo), le président de la Mauritius Marathi Mandali Federation estime que le président de la République devrait démissionner de ses fonctions. Il a également fait une virulente sortie contre les journalistes qui, selon lui, critiqueraient injustement les dirigeants des associations socioculturelles.

Les célébrations du Gudhi Padwa au Centre Indira Gandhi pour la culture indienne, à Phoenix, a été l’occasion pour le président de la Mauritius Marathi Mandali Federation (MMMF) de prendre fait et cause en faveur du Premier ministre dans le conflit qui l’oppose actuellement au Président de la République. Balraj Narroo soutient que Sir Anerood Jugnauth doit démissionner « dans l’intérêt du pays », dit-il.

Balraj Narroo, récemment récompensé pour sa fidélité à Navin Ramgoolam en obtenant contre toute attente le poste de président du Central Electricity Board (CEB), a une nouvelle fois juré allégeance au leader du Parti travailliste (PTr). Il a souhaité ouvertement que Navin Ramgoolam reste à la tête du pays jusqu’à 2025. Et au delà.

« Vous savez que vous pourrez toujours comptez sur nous », a-t-il lancé en direction des représentants du gouvernement présent à Phoenix. Balraj Narroo considère qu’il lui est tout à fait légitime de lancer une telle invitation à Sir Anerood Jugnauth puisque « les politiciens viennent régulièrement demander conseils auprès des dirigeants des associations socioculturelles avant les élections ». Il dit regretter que des politiciens&nbsp critiquent le rôle des associations quand ils sont dans l’opposition et s’associent à elles quand ils sont au pouvoir.

« Ce n’est pas seulement le gouvernement actuel qui est proche des associations socioreligieuses. Tous les partis politiques ont su jouer le jeu. Nous sommes fatigués des critiques des certains quand ils se retrouvent dans l’opposition. Si vous ne voulez plus vous associer à nous, alors inscrivez le dans votre manifeste électoral et nous déciderons de la marche à suivre », martèle Balraj Narroo comme un défi lancé aux politiciens.

Auparavant le président du CEB avait fait une virulente sortie contre les journalistes qui, dit-il, critiquent injustement les dirigeants des associations socioculturelles. Il a pris à témoin les dirigeants des autres associations présents à l’événement, tels Somduth Dulthumun et Veeren Coomaren, pour justifier ses critiques envers la presse. Ce sont des personnes qui travaillent nuit et jour pour leurs communautés respectives qui subiraient, selon lui, des attaques « personnelles » venant des journalistes.

Les propos de Balraj Narroo ont été repris par le ministre des Infrastructure publiques, Anil Bachoo, lors de son intervention. Ce dernier s’en est lui-aussi pris au président de la République. Avec toutefois un peu plus de subtilité. Il a terminé son discours par un appel à l’unification de certaines communautés pour faire front aux opposants politiques du gouvernement.

De son côté, le ministre des Arts et de la Culture Mookeshwur Choonee a remercié les dirigeants des associations socioculturelles qui apportent ouvertement leur soutien au Premier ministre. « Vous savez que nous sommes avec vous et nous savons que nous pouvons compter sur vous », a-t-il lancé. Il a, lui&nbsp aussi, invité le président de la République à prendre la porte de sortie.

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires