Attouchements sur mineure : Vaste opération pour arrêter un «religieux» de 65 ans

Avec le soutien de

La police de Vacoas s’est lancée aux trousses du « guruji» accusé d’attouchements par son élève de 10 ans. Il a pris rendez-vous avec la police ce vendredi 13 mai en présence de son avocat.

Il lui est reproché d’avoir abusé de sa position pour faire des attouchements sur son élève de 10 ans. Un dénommé Mannick, un « guruji » - enseignant de hindi - de 65 ans, est activement recherché par police de Vacoas suite à la plainte consignée par sa présumée victime à l’hôpital Victoria, à Candos, le mercredi 11 mai.

De Quatre-Bornes à Palma, en passant par Nouvelle-France, les policiers ont fait chou blanc ce&nbsp jeudi 12 mai. Prêtre à l’occasion, le sexagénaire a déserté le toit conjugal depuis que les proches de la fille ont flairé le coup fourré en fin de semaine dernière.

Après avoir pris rendez-vous avec les enquêteurs menés par le chef inspecteur Jean-Claude Ramsay ce jeudi 12 mai, le « guruji » a renvoyé sa reddition pour le vendredi 13 mai. Il sera accompagné de son&nbsp homme de loi.

Il semble que le vieil homme a profité de la situation familiale de l’enfant pour tenter d’abuser d’elle. Issue d’une famille éclatée, la fillette&nbsp vit chez sa grand-mère maternelle alors que sa mère est en déplacement à l’étranger. Son enseignant de hindi venait lui rendre visite alors qu’elle se trouvait seule à la maison.

Le pot aux roses a été découvert par la grand-mère paternelle de la fillette tôt le matin du vendredi 6 mai. Habitant à proximité, elle passait devant la maison de l’ex-belle-mère de son fils quand elle a vu le sexagénaire quitter les lieux. Elle a aussitôt interrogé sa petite-fille et celle-ci a fini par tout raconter.&nbsp

L’enfant a aussi montré qu’il lui avait envoyé un message « d’amour » par texto. Sur le téléphone portable qu’il lui a offert en cadeau. Il lui offrait aussi d’autres présents (de l’argent notamment) pour l’inciter à garder le silence, sans compter&nbsp les menaces de mort qu’il proférées.

L’enfant a décrit les sévices que le « guruji » lui aurait fait subir en différentes occasions. Placée sous observation à l’hôpital Victoria, ce n’est que ce mercredi qu’elle a porté plainte en présence des officiers de la Child Development Unit (CDU).
La petite bénéficie d’un encadrement psychologique et la CDU devrait mener une enquête auprès des autres filles qui prennent des leçons avec l’enseignant. Selon une proche de la fillette, il était un homme au-dessus de tout soupçon, ayant déjà procédé à des prières au domicile de la grand-mère maternelle de celle-ci.

« Gramatin tantôt li sorti li alle guet zenfant la. Li coner&nbsp ki ler nani la rentré sorti. Boug là ine profite sa faiblesse la », relate une proche de l’enfant. « Même s’il a fait appel à un avocat, nous, notre priorité c’est de l’arrêter », indique une source policière.

Le cas impliquant un enseignant qui profite de sa position pour abuser d’une élève n’est pas nouveau. En octobre dernier, Krishnaduth Bootna, un enseignant de comptabilité a été condamné à deux ans de prison pour avoir eu des relations sexuelles avec son élève alors âgée de 15 ans, en 2005.

Cet habitant de L’Espérance-Trébuchet s’est d’autant plus fait remarquer pour avoir été condamné, au civil, à verser des dommages de Rs 500 000 aux proches de l’adolescente. Âgé de 49 ans, il lui avait déclaré « sa flamme » et promis de l’épouser après l’avoir incité à fuguer avec lui.

Dans cette affaire, les proches de son élève lui ont servi une mise en demeure en 2007 pour lui ôter l’envie de harceler celle-ci : menaçant de lui réclamer des dommages de Rs 1 million s’il s’approchait d’elle. Comme il continuait de la poursuivre de ses assiduités, la cour l’a condamné à payer la moitié de cette somme.

En décembre 2008, un autre enseignant devenu inspecteur des écoles primaires a défrayé la chronique.&nbsp Il s’agit de Yashdev Bahadoor, alors âgé de 58 ans. Donnant des leçons au « baitka » de l’avenue Ollier, à Quatre-Bornes, il a été accusé par au moins trois garçons d’attouchements. L’homme s’est fait pincer pour des photos pédophiles trouvées à son domicile.&nbsp

Connu pour son engagement auprès des jeunes garçons, allant jusqu’à créer un mouvement scout, ses accusateurs ont expliqué comment il les incitait à s’engager dans des jeux sexuels avec lui.

&nbsp

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires