Athlétisme : Vital Cross-Country League (2e manche) - Mike Félicité : « des débuts bien timides »

Avec le soutien de

Des débuts bien timides. C’est l’impression qu’a laissée la première manche de Vital Cross-Country League à l’entraîneur de demi-fond et de fond Mike Félicité, le dimanche 29 janvier au Racing Club. La course principale chez les hommes a manqué de mordant selon lui au contraire des prestations livrées par les juniors et les cadets. Le scénario devrait évoluer avec l’entrée en scène des ténors absents à Trianon. Nous en aurons peut-être une première indication dimanche sur le terrain de football de Médine à l’occasion de la deuxième manche.

« Des garçons de ce niveau se sont trop retenus. La course (principale) a été lente. Ce n’est que dans les 600-700 derniers mètres que Xavier Verny et Nicolas Boissèque ont couru réellement », souligne Mike Félicité, avec un brin de déception dans la voix. Il estime que Xavier Verny et Nicolas Boissèque ne pourront plus adopter la même approche lors des prochains rendez-vous avec l’entrée en scène de Paramasiven Samynaden, Dharamjay Jeetun et de Jean-Luc Vilbrim. « Ils ne pourront pas courir comme ils ont couru le 29 janvier. L’opposition sera plus forte, ils vont devoir courir plus vite, s’ils veulent gagner. La dernière course a été tactique. Boissèque sait qu’il possède un bon finish. Verny aurait dû durcir la course s’il voulait semer son adversaire. D’ici deux semaines, les données vont changer avec la présence des ténors », observe-t-il. Parmi eux figure Jean-Luc Vilbrim, qu’il entraîne et qui prépare le marathon. « Il n’avait rien à gagner en tournant en rond sur un circuit pendant sept kilomètres.&nbsp Pour qu’il prenne part à la première manche, il aurait fallu qu’il perde deux jours d’entraînement avant la course et deux jours après. Au total, il aurait perdu cinq jours d’entraînement. C’est bête. Je préfère le laisser profiter au maximum de sa préparation. Le travail est axé en ce moment sur le volume. Je préfère qu’il passe une heure voire une heure trente en endurance plutôt que d’effectuer un cross rapide. Le cross est plus bénéfique aux coureurs de piste qui font du 800 m, du 1500 m, du 3000 m sc, du 5000 m ou du 10000 m.Vilbrim a plus à gagner en faisant une heure trente d’endurance», assure Mike Félicité. Réel potentiel La course principale chez les féminines a révélé une totale absence d’opposition dont a profité Prisca Manikion, note Mike Félicité. « Si Annabelle Lascar se joint à la partie, il y aura peut-être des changements. Si Antoinette Milazar prend part aux championnats de Maurice, elle peut aussi modifier le scénario », affirme-t-il.

Mike Félicité prévoit une suite avec la même intensité dans les catégories juniors et cadets. « Il y a un réel potentiel. Si les seniors avaient couru comme les coureurs engagés dans ces catégories, nous aurions eu une belle course. Les jeunes ont mieux fait dimanche dernier. Ils ont couru un vrai cross. J’ai bien apprécié la façon de courir de Mamet, Dauphin, Seechurn et Mustun », confie-t-il.

La Vital Cross-Country League se poursuit, dimanche, à Médine, sur des distances légèrement plus longues dans certaines catégories. Les poussines seront les premières à prendre le départ à 9h pour une matinée qui rappellera à nouveau que la meilleure préparation à la compétition reste la compétition ellemême.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires