Athlétisme : Le Kényan Edward Mbuni le plus résistant !

Avec le soutien de

Le 5e Marathon international Orange, disputé sur le parcours Mon-Choisy - Bain-Boeuf - Balaclava - Mon- Choisy, a vu la victoire, hier, du Kényan Edward Mbuni dans le temps de 2.27.03.

Il a pris le meilleur du Lésothan Ramolefi Motsieloa, le seul à avoir pu s’accrocher à sa foulée dans les derniers kilomètres, et qui s’est contenté de la deuxième place pour la deuxième année consécutive en 2.27.29. Le premier Mauricien, Judex Durhône, le miraculé de cette saison 2012, a terminé huitième en 2.34.18. Quant à la première femme, elle est Ethiopienne et se nomme Worknesh Oda.

Elle l’a emporté en solitaire dans le temps de 2.48.30. Judex Durhône, qui est licencié au club dionysien de la Réunion, Entente du Nord, choisira de hausser les enchères d’emblée en courant seul en tête. Une position qu’il occupera jusqu’au kilomètre 25. Derrière, les hommes les forts du peloton s’étaient regroupés et attendaient l’heure de leur marée : les Kényans Abraham Kipruto, Norman Kipyator, Josephat Koech et Jacob Kanda, l’Ethiopien Mohamed Husinen, le Tanzanien Naftal Ama, le Lésothan Ramolefi Motsieloa, le Zimbabwéen George Majaji, le Kényan Edward Mbuni, et les Mauriciens Jean-Luc Vilbrim et Christophe Maréna.

Durhône rallie Bain-Bœuf en 33’. Il précède de pratiquement deux minutes le groupe de poursuivants. Chez les femmes, la Kényane Esther Makaku devance de très peu l’Ethiopienne Worknesh Oda.

Les coureurs prennent alors la route en sens inverse pour remonter en direction de Mon- Choisy puis de Balaclava. Le Mauricien passe au kilomètre 15 en 53’20 et compte 39 secondes d’avance sur le groupe de onze coureurs. Les deux femmes suivent en 57’31. Au kilomètre 20, Durhône est crédité de 1h12’22.

Son avance se chiffre alors à 16 secondes et commence à décroître. Maréna est lâché, Vilbrim donne des signes de défaillance aussi. En féminin, l’Ethiopienne Oda prend alors le contrôle des opérations pour ne plus être rejointe. Elle passe en 1h18 contre 1h18’07 à sa rivale kényane.

A Pointe-aux-Piments, au kilomètre 30, Durhône est lâché. Neuf hommes sont en tête, suivis de Vilbrim qui s’accroche à cette locomotive qui accélère le rythme et qui est composé des Kényans Kipruto, Kipyator, Koech, Kanda et Mbuni, de l’Ethiopien Husinen, du Tanzanien Ama, du Zimbabwéen Majaji et due Lésothan Motsieloa.

Mbuni et Motsieloa haussent le ton

Après que les coureurs ont fait demi-tour à Balaclava, un kilomètre plus loin, le rythme de la course va encore durcir en tête. Outre Durhône, Kipruto, Vilbrim et Kanda sont lâchés. Puis c’est au tour de Majaji de ne plus être en mesure de se mêler à la bagarre. En tête, Kipyator, Husinen, Motsieloa, Mbuni et Koech pressent encore le pas alors qu’ils courent depuis 2h09’10. Ces dix derniers kilomètres sont meurtriers.

Les écrémages se succèdent. 1’43 plus loin, Kipyator et Koech sont laissés sur place à leur tour par Mbuni et Motsieloa. Le Kényan s’avérera le plus fort dans les derniers kilomètres et franchira la ligne d’arrivée en solitaire et en vainqueur à Mon-Choisy.

«La course s’est bien déroulée à l’exception de la forte chaleur », dira Edward Mbuni, 30 ans, qui est originaire de Kisii au Kenya et qui fait partie des coureurs émergents sur marathon.

Il disputait sa première course à Maurice et possède un meilleur temps de 2h13 sur 42,195 k m , chrono r é a - lisé en 2010.

Le Lésothan Ramol e fiMotsieloa, 22 ans, enlève l’argent pour la deuxième année consécutive. Licencié au sein du club Cudac, originaire de Maseru, son meilleur temps est de 2h32 et date de 2011 sur le même parcours. Judex Durhône, huitième au général et premier Mauricien, est plus que satisfait de sa course, lui qui avait été victime d’un grave accident de la route à La Réunion le 24 février qui aurait pu lui coûter la vie. Il a repris l’entraînement il y a un mois et demi seulement.

«C’est incroyable ! J’ai pris des risques au départ et j’en ai payé le prix après. Ça passait ou ça cassait. Mon prochain objectif est le semi-marathon de Diego Suarez à Madagascar le 10 août. Je remercie Rama Ramanah. Son programme d’entraînement a porté ses fruits.

Je remercie mes sponsors Brooks et Endurance Shop Réunion», devait-il souligner. Jean-Luc Vilbrim, 30 ans, neuvième au général en 2.37.53 et deuxième Mauricien, était venu, lui, pour terminer ce marathon.

Il se souvient encore de sa défaillance et de son abandon aux Jeux des îles de l’océan Indien de 2011 aux Seychelles.

«Ce fut difficile. J’ai eu des crampes dans les deux derniers kilomètres, j’ai même marché », confi e-t-il en remerciant son entraîneur Mike Félicité et son sponsor Yoplait.

La deuxième course importante de la matinée d’hier, le demi-marathon de 21,1 km, a vu la victoire du Tanzanien Sambu Sipe en 1.05.13. Le premier Mauricien est Xavier Verny en 1.13.34.

«J’avais des adversaires de taille en Dharamjay Jeetun et Nitish Soondun. J’étais confiant, je m’étais bien préparé. Mon objectif était de descendre sous les 1h15 et de monter sur le podium. J’ai bien géré, je suis remonté après le demi-tour au kilomètre 10,5», relatera-t-il.

Verny a pris la tête à 1,5 km de l’arrivée après avoir été à la lutte avec Soondun puis Jeetun. Il estime avoir effectué hier une bonne préparation en vue du Dodo Trail qui secourra le 21 juillet.

Outre le marathon et le 21,1 km, un 10km, une Fun Run et l’Olympic Day Run ont aussi été organisés hier à Mon-Choisy.

R.D’A.


&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires