Ashock Jugnauth: «L’avenir politique de Joe Lesjongard est dans notre camp»

Avec le soutien de

Si Joe Lesjongard souhaite poursuivre sa carrière politique, il devra choisir son camp. Et il ne lui resterait que deux options : rejoindre le camp Bérenger ou siéger en indépendant.

Joe Lesjongard rejoindra-t-il l’Alliance Sociale (AS) ou l’alliance Mouvement Militant Mauricien (MMM), l’Union Nationale (UN) et le Parti Mauricien Social Démocrate (PMSD)? La réponse est simple et logique, selon Ashock&nbsp Jugnauth, le leader de l’UN. «Joe Lesjongard choisira notre camp s’il veut avoir un avenir en politique», répond-t-il, «et notre porte est ouverte.»

Rien n’effraie Ashock Jugnauth. Même pas un rapprochement MSM-AS. Car, il estime que ces deux partis sont en fin de règne. « Les partisans quitteront tous le MSM et Pravind Jugnauth se retrouvera tout seul au sein de son parti», avance le leader de l’UN. Et d’ajouter que l’AS est, elle, « en perte d’autorité et qu’il existe trop de conflits internes au sein du gouvernement et de l’AS.» En attendant que ses prévisions se réalisent, Ashock Jugnauth continue sa campagne dans la circonscription numéro 8 où il sera candidat en cas d’élection partielle.

Par ailleurs, les récents conflits qui ont défrayé la chronique n’ont guère laissé le leader de l’UN insensible. Il estime que les problèmes survenus à Air Mauritius auraient pu être évités. « J’ai souvent posé des questions au Parlement au sujet d’Air Mauritius. Et on m’a alors demandé de ne pas m’ingérer dans les affaires d’une compagnie privée. Mais j’ai en ma possession des documents qui indiquent que certains managers de cette compagnie auraient bénéficié de ‘Performance Bonus ‘ de l’ordre de Rs 3 millions alors que la situation financière n’était pas au top», confie Ashock Jugnauth.

Selon lui, il faudrait qu’il y ait une enquête approfondie sur la compagnie d’aviation nationale pour mettre fin au gaspillage. « Il faut aussi que les petits copains arrêtent de dire qu’ils ont l’appui du gouvernement. Cela nous évitera d’être confrontés à d’autres cas tel que celui du complot allégué visant un ancien directeur d’Air Mauritius. »

Ashock Jugnauth s’indigne aussi de la façon dont&nbsp le ministre Gowressoo gère la crise à la State Trading Corporation (STC). «Rajesh Jeetah se vantait à l’époque que la STC avait fait des profits de Rs 350 millions. Maintenant, Gowressoo annonce que cette même institution accuse des pertes de Rs 3 milliards en raison d’un mauvais ‘hedging’ et que ce sont les consommateurs qui en feront les frais», s’indigne le leader de l’UN.&nbsp&nbsp

Mais tous ces problèmes qui, aujourd’hui, éclatent au grand jour, ne surprennent pas Ashock Jugnauth. Les conflits internes au sein de l’AS et la mauvaise gestion du gouvernement ainsi que «ses Rs 14, 5 milliards de gaspillage» en sont les causes. De son côté, le leader de l’UN poursuit sa campagne au numéro 8 en attendant des jours meilleurs.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires