Arrestation de Pascale Bodet: le MMM « choqué, outré et révolté »

Avec le soutien de

Alan Ganoo estime que l’arrestation et l’inculpation de l’ex-psychologue du MITD est extrêmement grave. Pour Paul Bérenger, le but est « de terroriser les professionnels qui voudraient dénoncer des malversations ».

Le leader par intérim du Mouvement militant mauricien (MMM), Alan Ganoo, et le leader historique des mauves, Paul Bérenger, ont animé conjointement une conférence de presse, ce samedi 11 mai 2013. Alan Ganoo a commenté en premier « le dernier développement » dans l’affaire des allégations de pédophilie au Mauritius Institute of Training and Development(MITD). Il qualifie l’arrestation et l’inculpation de Pascale Bodet d’« inacceptable ».

« Au MMM, nous sommes choqués, outrés et révoltés. C’est du jamais-vu. C’est perturbant pour la population, traumatisant pour une professionnelle et inacceptable pour le corps professionnel auquel elle appartient », lâche Alan Ganoo. Il soutient également que c’est un « coup dur » pour tous les professionnels qui font leur travail « dans la droiture et l’honnêteté ».

« Cette affaire confirme les pulsions antidémocratiques des princes du jour et le caractère revanchard de l’administration actuelle », affirme le leader de l’opposition. Il appelle à l’unification de toutes les voix, notamment celles de la société civile, des syndicats, des ONG et de toute la population, pour exprimer ensemble leur solidarité à l’ex-psychologue du MITD. « Nous devons nous organiser, nous préparer pour empêcher le massacre de la démocratie dont le MITD est le théâtre », souligne Alan Ganoo.

Paul Bérenger a, pour sa part, accusé le ministre de l’Education, Vasant Bunwaree, d’avoir joué un rôle « infecte » depuis que les allégations de pédophilie au MITD ont été rendues publiques. « Depuis qu’il a répondu à la première question parlementaire sur cette affaire, il y a eu magouille sur magouille et cover-upsur cover-up. Et maintenant l’arrestation de la dénonciatrice. Le but est de terroriser les professionnels qui voudraient dénoncer des malversations. Je rappelle que c’est Navin Ramgoolam qui est le responsable de la police et sa responsabilité est donc directement engagée », fait ressortir le leader historique des mauves.

Paul Bérenger trouve « révoltant » que Vasant Bunwaree ait été le seul à avoir eu accès au rapport du Fact Finding Committee (FFC) et qu’il se soit permis de le commenter dans la presse, sans que personne d’autre ne sache ce qu’il contient réellement. Les deux leaders ont réclamé la publication immédiate du rapport de la magistrate VéroniqueKwok Yin Siong, qui a présidé le FFC. Un comité qui aurait blanchi l’ex-enseignant du MITD, selon les dires du ministre Vasant Bunwaree.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires