Arnaques : A la plage, des glaces se vendent à… Rs 2 000

Avec le soutien de

Des officiers de la NCG dressant une contravention contre un marchand de glaces qui opérait illégalement sur la plage de Péreybère. */

Rs 1500, Rs 2000… Les prix donnent froid dans le dos. Sur plusieurs plages du pays, certains marchands n’hésiteraient pas à revendre leurs glaces à prix d’or à des touristes. Ce serait en particulier des marchands de glaces qui opèrent sans permis qui profitent de la crédulité des clients.   

Les prix ont de quoi donner des sueurs froides. Rs 1 500, voire Rs 2 000, c’est en effet le montant que réclament certains marchands de glaces aux touristes et aux expatriés dans le Nord. Pis encore, selon Subash Seeruttun, directeur de la Beach Authority (BA), le phénomène prendrait de l’ampleur et se répandrait à travers tout le pays. «Cela ternit la réputation du pays, mais il n’y a rien qu’on puisse faire car la loi ne régit pas le prix d’une glace. Par contre, s’il y avait un plafond, on aurait pu sévir contre ceux qui abusent de la confiance des gens», poursuit Subash Seeruttun.

Il ajoute qu’il a, à maintes reprises, alerté le ministère du Commerce à ce sujet. Mais «l’on attend toujours. De mon côté, je travaille actuellement sur un règlement qui sera par la suite soumis au ministère. Il est temps d’apporter des changements aux règlements régissant le travail des marchands de plage», martèle le directeur de la BA.

Du côté de la National Coast Guard (NCG) de Grand-Baie, par exemple, l’on soutient que ce sont en particulier des marchands de glaces qui opèrent sans permis qui profitent de la crédulité des clients. D’ailleurs, vendredi 6 septembre, une énième contravention a été dressée contre un marchand qui opérait au noir sur la plage de Péreybère. «A notre niveau, on ne peut que prendre en contravention les marchands de glaces qui opèrent dans l’illégalité. Cela, malgré le fait que l’on est conscient que certains d’entre eux escroquent les touristes et expatriés.»

L’impuissance de la police à agir en conséquence, poursuit un officier de la NCG, s’explique par le fait qu’il n’y a pas de plainte formelle qui a été faite contre les escrocs. «Les touristes évitent les ennuis. Ils sont là pour profiter de leurs vacances. Puis, aussi longtemps qu’ils n’en parlent pas aux Mauriciens autour d’eux, ils ne peuvent pas savoir qu’ils ont payé une fortune pour une simple glace.»

Jain Seegoolam, Acting Head à la Consumer Protection Unit (CPU) soutient, pour sa part, que des personnes lésées sont nombreuses à appeler sur la hotline du ministère du Commerce (le 185) pour porter plainte contre les prix exagérés réclamés par des marchands de glaces. Il explique que sous la Consumer Protection Act de 1998, tout marchand est obligé d’afficher le prix du produit qu’il commercialise. Au cas contraire, il est passible d’une amende ne dépassant pas Rs 100 000.

«Et, bien sûr, le marchand qui affiche le prix ne peut réclamer une somme exagérée au client. Au niveau de la CPU, on peut prendre en contravention ces marchands qui ne respectent pas les règles.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires