Après le mail de Bungsraz : le DPP réclame une enquête sur l’état de santé de Tirvengadum

Avec le soutien de

Les autorités veulent en avoir le cœur net. Si sir Harry Tirvengadum a pu discuter avec Soobhiraj Bungsraz sur l’état de la compagnie, c’est que son état de santé n’est pas au plus mal.

Est-il réellement malade ? Fort des révélations du Chief Executive Officer (CEO) d’Air Mauritius, Soobhiraj Bungsraz, à l’effet que sir Harry Tirvengadum a encore toutes ses facultés pour pouvoir discuter de l’état de la compagnie d’aviation nationale en sa qualité d’ancien président directeur général, le Directeur des poursuites publiques (DPP) a ordonné l’ouverture d’une enquête policière sur ce fameux tête-à-tête.

C’est ce que révèle Jack Bizlall, dans un communiqué, ce mercredi 10 novembre. Ce, suite à un entretien téléphonique qu’il a eu avec le DPP. Ce dernier, de son coté, n’a pu prendre notre appel pour une confirmation, étant « très pris », aux dires de sa secrétaire.

Pour le syndicaliste, c’est un point positif que les autorités enquêtent sur l’état réel de sir Harry, le procès contre lui ayant été stoppé pour des raisons de santé. Cet épisode dans l’affaire de la caisse noire lui est resté en travers de la gorge, surtout qu’il ne cesse de mener campagne depuis une décennie afin que tous les protagonistes de l’affaire soient traduits en justice.

S’il est établi que sir Harry n’est pas aussi malade qu’on ne le présente, il devra alors s’expliquer sur cette caisse noire qu’il tenait chez Air Mauritius. Homme fort de la compagnie qui avait servi sous plusieurs gouvernements, il a été dénoncé par nul autre que son ancien directeur financier, Gérard Tyack. C’était au début des années 2000 et celui-ci était décidé à enlever un poids sur sa conscience.

Gérard Tyack a démonté le mécanisme de la fraude qui a surtout bénéficié à des directeurs de la compagnie et aussi chez le conglomérat Rogers. Au final, c’est lui qui s’est finalement retrouvé en prison alors que sir Harry a vu l’arrêt de son procès après sa comparution en cour sur une civière.

Sir Harry s’est rappelé au bon souvenir de Jack Bizlall la semaine dernière au détour d’une phrase de Soobhiraj Bungsraz, dans un courriel qu’il a transmis aux employés d’Air Mauritius le mercredi 3 novembre. Le nouveau CEO a créé la polémique en indiquant avoir sollicité les lumières de l’ancien PDG.

D’autant qu’il est connu de tous qu’Air Mauritius a décidé de traîner sir Harry en justice, lui réclamant de rembourser la bagatelle de Rs 97 millions, somme qui représente le montant volé à l’entreprise durant des années pour alimenter la caisse noire.&nbsp

Les révélations de Soobhiraj Bungsraz ne cessent de créer des vagues : Jack Bizlall et Me Yousuf Mohamed, avocat de sir Harry, se sont affrontés par micro interposés sur les ondes de Radio One ce matin quant à l’ouverture d’une enquête sur l’état de santé de l’ancien PDG. Tous deux s’interrogent sur le « locus standii » de l’autre.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires