Amnesty International (Maurice) produit un manifeste à l’intention des partis politiques

Avec le soutien de

Amnesty International (Maurice ) a présenté son «Manifeste pour les droits humains», en ce 9 avril 2010. L’organisation&nbsp a l’intention de rencontrer les dirigeants des partis politiques pour qu’ils s’engagent sur ce manifeste repose sur cinq points.

«Ce manifeste est notre contribution à ces élections pour permettre un débat d’idées», affirme Lindley Couronne, directeur d’Amnesty International (Maurice), au sujet du «Manifeste pour les droits humains», présenté en ce 9 avril 2010, par cette organisation, lors d’une conférence de presse à Belmont House, à Port-Louis.

Amnesty International Maurice leur demande, premièrement, de garantir la protection des droits économiques, sociaux et culturels. Deuxièmement, de placer les droits humains au cœur des questions de sécurité. Troisièmement, d’éradiquer le communalisme des pratiques politiques et abolir le best loser system. Quatrièmement, d’obtenir justice et réparation pour les femmes victimes de violences. Cinquièmement, de mener une politique étrangère plus respectueuse des droits humains.

Cette organisation fera parvenir dès aujourd ‘hui, des lettres aux chefs politiques des différents partis, sollicitant des rendez-vous avec eux pour connaitre leurs positions par rapport à ce manifeste. De plus, les membres d’Amnesty International Maurice distribueront des copies du Manifeste pour les droits humains dans toutes les circonscriptions pendant la campagne électorale.

«Nous avons produit notre manifeste avant même que les partis politiques aient présenté leurs programmes électoraux», souligne Kavi Pyneeandy, président d’Amnesty International Maurice.

La question est est-ce que les chefs politiques s’engageront vraiment à réaliser les objectifs exposés dans ce document ? Les responsables d’Amnesty International Maurice affirment être conscients que les politiciens disent beaucoup de choses mais que les actes ne suivent pas. «Le double discours des politiciens», convient Lindley Couronne. Mais cette organisation garde espoir que certains partis politiques s’investiront vraiment par rapport aux cinq points du manifeste.

Dans tous les cas, Amnesty International (Maurice) est déterminé à pousser les partis politiques à s’exprimer sur plusieurs sujets d’intérêt public. Parallèlement à son démarchage auprès des politiciens concernant ce manifeste, parallèlement à la veille sur le communalisme («communalism watch») qu’elle mène, cette organisation fera aussi un «Real Issues Campaign» pendant la campagne électorale. Les organisations non-gouvernementales (ONG) et associations sont invitées à envoyer à Amnesty International (Maurice), leurs questions aux politiciens concernant des «issues» dans leurs domaines respectifs. Ensuite, cette organisation qui agira comme une plateforme, les compilera et les communiquera à la presse. La presse est quant à elle, priée de les poser aux politiciens et de publier leurs réponses pour en informer les citoyens.

«Souvent, les politiciens utilisent le communalisme dans les campagnes électorales afin de détourner l’attention des citoyens des ‘real issues ‘», soutient Lindley Couronne. Et d’ajouter, «A voir les agissements des politiciens, nous avons l’impression que c’est trop facile de faire de la politique à Maurice». Amnesty International Maurice compte bien rappeler aux politiciens leurs responsabilités.&nbsp&nbsp&nbsp&nbsp&nbsp
&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires