Alliance MMM-MSM : le fossé se creuse davantage entre Eric Guimbeau et les mauves

Avec le soutien de

Eric Guimbeau affirme que son parti, le Mouvement militant social démocrate (MMSD), est devenu encombrant dans l’alliance entre son partenaire et le Mouvement socialiste militant (MSM). Le député du No 17 (Curepipe/Midlands) affirme qu’il n’est pas un « yes-man ».

Le leader du MMSD s’éloigne un peu plus de son actuel partenaire d’alliance. Lors d’une réunion de ses partisans à Curepipe, ce lundi 16 avril, Eric Guimbeau a affirmé qu’il se sent exclu du « Remake de 2000 ». Il soutient qu’il n’est pas question pour lui de se taire et d’accepter toutes les conditions qui lui seront imposées. Après la rupture avec l’Union nationale (UN) de Ashok Jugnauth, la prise de&nbspposition&nbspd’Eric Guimbeau sonne le glas de ce qui était connu comme ‘l’Alliance du cœur’.

« Dès que le Remake a été conclu l’Union nationale de Ashock Jugnauth s’est retrouvée hors-jeu. Maintenant, nous comprenons que le MMSD est également de trop et que le Remake c’est entre le MMM et le MSM. Le MMSD ce n’est pas seulement moi, c’est aussi vous », a-t-il déclaré à ses partisans.


Le plus gros problème d’Eric Guimbeau semble être l’absence du nom de son parti sur le sigle de l’alliance conclue plus ou moins selon les mêmes conditions que celle édictées en 2000. Le leader du MMSD dénonce ce qu’il décrit comme un manque d’égard envers sa formation politique.

« Ils me demandent d’entrer dans le Remake mais où se trouve notre identité au sein de cette alliance ? On me demande d’aller sur le champ de bataille pour me battre, mais sans arme. Moi mon arme, c’est le MMSD », soutient Eric Guimbeau.

Il faut dire que pendant le week-end, le MMSD avait mis en avant le refus du MMM de lui accorder un deuxième ticket comme la plus grosse épine pour son intégration au sein de la nouvelle alliance MMM-MSM. C’était la présidente de l’aile féminine du parti qui était montée au créneau pour fustiger la position du MMM. Ce qui avait rendu Paul Bérenger « très mécontent ».

Le ton adopté par le leader mauve pour commenter cette affaire lors de l’Assemblée des délégués de son parti a laissé présager la fin définitive de l’Alliance du cœur, après le retrait amer d’Ashock Jugnauth du Remake de 2000, la semaine dernière. Les états-majors du MMM et du MSM, qui avaient prévu de se pencher sur le cas d’Eric Guimbeau lors de la réunion de cet après-midi, n’auront aucun problème pour annoncer son « auto exclusion », terme utilisé par Paul Bérenger pour qualifier la séparation d’avec l’UN.

Même si sir Anerood Jugnauth maintient dans une déclaration à la presse que rien n’est encore décidé à ce sujet.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires