Algérie : l’état d''urgence a été officiellement levé jeudi

Avec le soutien de

L''''Algérie a officiellement levé jeudi l''état d''urgence en vigueur depuis dix-neuf ans dans le pays, répondant ainsi à une exigence de l''opposition dans un contexte de révoltes populaires à travers le monde arabe.

Certains dirigeants de l’opposition&nbsp affirment&nbsp&nbsp cependant&nbsp&nbsp que cette décision est&nbsp insuffisante, et que le gouvernement devait renforcer les libertés démocratiques. L''état d''urgence avait été décrété en 1992 dans le cadre de la lutte menée par les autorités contre l''insurrection islamiste, mais&nbsp les opposants estiment qu’il est&nbsp utilisé depuis quelques années pour limiter les libertés publiques.

La levée du dispositif aura peu d''implications concrètes, le gouvernement ayant aussi adopté de nouvelles règles qui autorisent l''armée à jouer un rôle dans la sécurité intérieure, comme elle le faisait précédemment. Le président Bouteflika, 73 ans, a indiqué ce mois-ci que les manifestations de protestation resteraient interdites dans la capitale pour une durée indéterminée.

Le gouvernement a approuvé cette semaine des mesures de lutte contre le chômage, qui s''élève à 10% de la population active selon les statistiques officielles mais affecte un pourcentage de jeunes beaucoup plus important. Il est notamment prévu d''attribuer 1,38 milliard de dollars aux banques publiques pour le financement d''investissements à long terme, de réduire les cotisations sociales des entreprises pour les encourager à embaucher davantage et de soutenir le secteur agricole, l''un des principaux employeurs du pays, par des prêts à faible intérêt.

Bahreïn : le gouvernement&nbsp prêt à un dialogue sans restrictions

Le gouvernement de Bahreïn, contesté dans la rue, souhaite instaurer un dialogue national au cours duquel tous les sujets pourront être abordés, a déclaré jeudi le ministre des Affaires étrangères du royaume. Le cheikh Khaled ben Ahmed al Khalifa a déclaré lors d''une interview à Reuters que ce dialogue inclurait "des personnalités de tous milieux", y compris le chef en exil d''un mouvement chiite radical, Hassan Mouchaïmaa, qui&nbsp a été gracié par le roi et peut revenir dans son pays, a-t-il dit.

Des manifestants issus pour l''essentiel de la majorité chiite du pays, qui se plaint de discrimination, exigent depuis plus d''une semaine l''instauration d''une monarchie parlementaire dans le royaume, dirigée par une famille sunnite régnant depuis plus de deux siècles.La répression de ce soulèvement a fait sept morts.

La Suisse gèle les avoirs de Mouammar Kadhafi

La Suisse a bloqué jeudi les avoirs du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, a fait savoir le gouvernement de la Confédération. Le Conseil fédéral condamne avec force le recours à la violence contre la population libyenne et "a décidé aujourd''hui de geler avec effet immédiat tous les éventuels avoirs de Mouammar Kadhafi", indique le ministère suisse des affaires étrangères dans un communiqué.

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires