AGOA : Hilary Clinton souhaite une extension de la Third Country Fabric Provision

Avec le soutien de

Maurice peut espérer continuer à bénéficier de la dérogation concernant le Third country Fabric dans le cadre de l’application de l’Africa Growth and Opportunity Act (AGOA). La secrétaire d’Etat Hilary Clinton souhaite l’extension de la disposition.

La secrétaire d’Etat américaine a annoncé que l’administration Obama veut d’une extension de la Third Country Fabric Provision. Cette disposition permet à un pays bénéficiaire de l’AGOA d’utiliser des matières premières venant d’un pays tiers pour fabriquer des produits textiles exportés vers les Etats-Unis.

Cette annonce a été faite la semaine dernière lors de la réunion du Groupe Consultatif des Ministres Africains à Washington. Ces derniers se sont réunis pour définir une position commune lors du forum annuel de l’AGOA. Le ministre mauricien des Affaires étrangères, Arvin Boolell, avait plaidé pour le renouvellement immédiat du Third Country Fabric Provision et l’extension de l’AGOA au-delà de 2015. Sa demande a été soutenue avec force par les ministres africains
Il faut savoir que deux lois concernant l’AGOA sont en attente dans la Chambre des représentants et le Sénat Américain.

L’une est relative au renouvellement de la Third Country Fabric Provision et l’autre veut l’inclusion du Sud-Soudan comme pays bénéficiaire de l’AGOA.

Le Congrès est très divisé en cette année électorale et plusieurs lois sont bloquées. Suite à l’intense lobbying mauricien, on espère que cette extension soit approuvée avant la date butoir du 30 septembre 2012, date d’expiration de la Third Country Fabric Provision.

Plus de 6 400 produits sont couverts par l’AGOA qui leur garantit une entrée hors taxe dans le marché américain. Très peu de pays ont profité de cette largesse unilatérale américaine offerte à l’Afrique subsaharienne pour combattre la pauvreté.
Même si Maurice figure comme une success story pour l’AGOA, surtout en ce qui concerne le textile, le pays exporte cependant une gamme très limitée de produits vers les Etats Unis.

Par ailleurs, le ministre Arvin Boolell a présidé une session sur le ‘Broadband’. Il a présenté l’expérience Mauricienne sur les Technologies de l’information et de la communication (TIC). Le modèle mauricien Partenariat Public-Privé a suscité beaucoup d’intérêt.

Arvin Boolell a mis l’accent sur la nécessité pour l’Afrique de combler le fossé numérique et de s’engager dans une société de la connaissance. Il a présenté les TIC comme un moyen pour favoriser l’intégration régionale et promouvoir le commerce intra-africain. A noter que les Chefs d’Etats Africains ont récemment proposé une décision ambitieuse pour l’accélération de la Création de la Zone Continentale de libre-échange (ZCLE) à la date indicative de 2017.

La délégation Mauricienne a aussi eu une séance de travail avec le United States Trade Representative, Ron Kirk. Les questions relatives aux nouvelles technologies, au commerce et au Traité d’Investissement Bilatérale (BIT) ont été abordées. La situation à Madagascar a aussi été passée en revue.

Un communiqué à tonalité très optimiste a été émis par les autorités américaines après la rencontre. « L’accord portant sur les TIC’s est le premier du genre conclu entre les Etats-Unis et un pays africain. Il permettra un accroissement dans les flux commerciaux et les investissements entre Maurice et les Etats-Unis. Cet accord favorisera la création d’emplois dans les deux pays », peut – on lire dans le communiqué.

(Photo: Photo: Le Ministre Boolell avec Ron Kirk, le United States Trade Representative)

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires