Affaire MedPoint : Les partisans de Pravind Jugnauth appellent à la mobilisation

Avec le soutien de

Le leader du Mouvement socialiste militant (MSM) sera interrogé le jeudi 22 septembre par la Commission Anti-corruption. Ses partisans, eux, se mobilisent pour manifester devant les locaux de la commission. Sur leur page Facebook, ils se donnent rendez-vous à 10 heures ce jour-là devant le Sun Trust.

Les sympathisants du MSM envisagent de se mobiliser en masse, le jeudi 22 septembre. Les invitations sont déjà lancées sur le réseau social Facebook. « Rendez-vous au Sun Trust jeudi entre 10 heures et 13 heures », peut-on lire sur le site. « Tous ceux qui veulent voir triompher la vérité doivent se mobiliser. »

Sollicités au téléphone, les dirigeants du parti soleil refusent de lancer l’appel de manière officielle. En revanche, un proche collaborateur du leader du MSM explique que « tous ceux pensant que Pravind Jugnauth est victime d’une injustice peuvent se présenter devant les locaux de l’Independent Commission against Corruption (ICAC) en tant que citoyens libres ».

Déjà le lundi le 12 septembre, lors d’une réunion au Sun Trust devant une centaine de personnes, le président de ce parti, Showkutally Soodhun, avait lancé un appel à la mobilisation.

C’est à 14 heures, le jeudi 22 septembre, que Pravind Jugnauth se présentera à l’ICAC, où il sera interrogé « under warning », dans le cadre de l’enquête sur les allégations de conflits d’intérêts entourant le rachat de la clinique MedPoint par l’Etat.

Contacté au téléphone, Pravind Jugnauth a indiqué être toujours dans l’attente d’une réponse du Cabinet’s Office, afin d’avoir accès aux procès-verbaux du conseil des ministres. « Je voudrais avoir accès à ces documents, principalement à ceux datant du 18 juin 2010. Ceux-ci sont essentiels pour ma défense, puisque je serai interrogé under warning », a-t-il avancé.

Toutefois, l’accès à ces documents est régi par l’Official Secrets Act. Pravind Jugnauth a également voulu réagir à une information de lexpress.mu qui avait révélé qu’il ne paierait pas de caution en cas d’arrestation par les limiers de la Commission anti-corruption. « C’est une question hypothétique, je déciderai en temps et lieu », a-t-il laissé entendre.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires