Affaire Med-Point : Harish Boodhoo réclame une enquête de la police, du DPP et de l’ICAC

Avec le soutien de

Harish Boodhoo a écrit au Commissaire de police, au directeur de la Commission anti-corruption et au Directeur des poursuites publiques (DPP). Il demande une enquête sur l’acquisition, par l’Etat, de la clinique Med-Point, dont Pravind Jugnauth est l’un des propriétaires. Il rejette l’idée d’une commission d’enquête.

Lors d’une conférence de presse, ce mardi 25 janvier, Harish Boodhoo a affirmé avoir demandé au Commissaire de police, Dhun Iswur Rampersad, de procéder à la&nbsp saisie de tous les dossiers dans cette affaire pour « éviter toute tentative de manipulation et de dissimulation de preuves ».

Sa correspondance au DPP est accompagnée d’une copie de la lettre adressée au chef de la police. Harish Boodhoo demande au DPP de veiller au bon déroulement de l’enquête policière et lui rappelle que la loi du pays lui donne le pouvoir de prendre en main cette enquête, si besoin est.

Une troisième lettre contenant les mêmes accusations de fraude et de corruption a été expédiée au directeur de l’ICAC. «C’est vrai que je n’ai pas confiance en l’ICAC. Toutefois,&nbsp comme vous êtes l’autorité responsable du combat contre la fraude et la corruption, je n’ai d’autre choix que de vous référer cette affaire», écrit Harish Boodhoo dans sa correspondance au patron de la Commission anti-corruption.

Lors de sa conférence de presse, Harish Boodhoo est revenu sur le niveau de corruption dans le pays. «C’est le gouvernement le plus corrompu que nous ayons connu jusqu’ici», affirme-t-il.

Il allègue également qu’il y a eu des fraudes au niveau de la caisse du Parti travailliste (PTr) et formule de vives critiques à l’égard de Navin Ramgoolam. «Il y a de la corruption partout. Que ce soit dans l’affaire Chady, Gilbert Philippe, Jean Suzanne, le scandale de la Coupe du monde. Tout doit forcément passer par le bureau du Premier ministre. De ce fait, le plus grand responsable de cette situation n’est autre que Navin Ramgoolam lui-même», soutient Harish Boodhoo.

Pour ce dernier, l’affaire Med-Point n’est que le sommet de l’iceberg. «L’affaire Med-Point est une occasion en or de descendre à la racine du mal et d’enquêter sur les origines de la fortune des Jugnauth», estime Harish Boodhoo. Il rejette toute idée d’une commission d’enquête, estimant que cela ne donnerait aucun résultant probant et que les conclusions sont prévisibles.

Suite à cette première initiative, il affirme qu’il attendra des réactions pendant encore quelques jours avant de décider de la marche à suivre. En attendant,&nbsp il appelle à&nbsp la mise en place d’un panel d’avocats volontaires qui accepteraient de défendre une série d’affaires de corruption qu’il a l’intention de porter devant la justice.

Harish Boodhoo regrette que la population ne réagisse pas face aux scandales qui ébranlent notre pays. «Le peuple s’est endormi. La presse est menacée. Je ne dirai pas le peuple admirable, mais un peuple qui fait pitié», poursuit Harish Boodhoo. Avant de conclure qu’il s’attend, toutefois, à un sursaut salvateur de la part de la&nbsp population.


&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires