Affaire Caltex : Raj Dabysing complète sa déposition au Central CID

Avec le soutien de

Le lanceur d’alerte estime que la police peut boucler son enquête à la lumière de ses dépositions. Le Central CID indique qu’il n’a apporté aucune preuve pour soutenir ses dires.

Raj Dabysing, le whistleblower à la base de l’enquête du Central CID sur la fraude alléguée chez Caltex, en a terminé avec ses révélations. Il a complété ses dépositions à la police après cinq auditions. Il explique, sur les ondes de Radio One ce vendredi matin, que les limiers ont suffisamment d’éléments en main pour comprendre le mécanisme du vol.

Ancien comptable de la multinationale américaine, Raj Dabysing est à l’origine de deux vagues de révélations. Déjà en 1996, il avait évoqué le cas de produits pétroliers transportés par camions-citernes et qui ne passaient pas par le circuit de distribution classique.

Dans une lettre, Raj Dabysing avait confié que le directeur général d’alors de la branche locale de Caltex lui avait donné des instructions pour mener une&nbsp enquête préliminaire sur cette affaire. En attendant la venue d’auditeurs internes de la multinationale au pays.

Depuis, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts sans qu’une enquête n’ait été ouverte. En septembre dernier, Raj Dabysing a décidé de prendre les taureaux par les cornes et a mis la State Trading Corporation (STC) ainsi que le ministre du Commerce au courant du scandale.

C’est ainsi que le ministre Showkutally Soodhun fait état, lors d’une conférence de presse le 13 octobre dernier, d’une fraude qui équivaut à un manque à gagner de Rs 100 millions pour les caisses de l’Etat. Mais il se base alors que sur les dix-huit dernières cargaisons des quatre derniers mois.

Les faits, dit-il, se sont déroulés lors du transbordement vers les citernes de stockage. Une partie de la cargaison aurait été utilisée avant que les autorités ne procèdent à une vérification du volume transféré. Ce qui constituerait un vol au préjudice de la State Trading Corporation (STC).

Dès le lendemain, deux cadres de la STC ont porté plainte contre Chevron, la firme américaine propriétaire de la marque Caltex. A lexpress.mu, le directeur de la STC, Megh Pillay, expliquait les raisons pourquoi la police a été saisie de cette affaire : «Le statut de la personne qui signe la lettre adressée à la STC ainsi que les détails contenus dans cette lettre nous poussent à prendre très aux sérieux ces allégations. Nous avons porté l’affaire à la police parce que la STC n’est pas habilitée à mener une enquête complète alors que la Central CID l’est

A ce stade, seul Raj Dabysing estime que la police dispose de tous les éléments pour boucler son enquête. Du côté du Central CID, l’on indique que ce dernier n’a pas apporté de preuves pour soutenir ses dires. Les enquêteurs devront se tourner vers Chevron et la STC pour des suppléments d’informations.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires