Athlétisme - Obituaire: Daniel André s’en est allé

Avec le soutien de

Le monde de l’athlétisme est en deuil. A Rodrigues comme à Maurice, c’est une onde de choc qui a balayé le cœur des athlètes et des dirigeants à l’annonce jeudi soir du décès de Daniel André, 58 ans, emporté par un infarctus en fin d’après-midi à son domicile à Citronnelle.

Marié et père de deux garçons, Daniel André était «Principal Youth Officer» à Rodrigues et secrétaire du comité régional d’athlétisme. Touche-à-tout en sport, Daniel André est footballeur, judoka et aime la course à pied jusqu’à son arrivée à Maurice en 1980 à l’âge de 16 ans. Il fréquente alors le collège Saint Andrew à la Rue Ambrose, Rose-Hill. Il fait partie de la sélection de football du collège et dans l’après-midi court dans les champs de canne à Ebène. Il habitait Rose-Hill à l’époque. 

Daniel André participe à la journée sportive du collège Saint Andrew et récolte quelques succès mais ce n’est qu’en 1983 qu’il fait ses grands débuts en athlétisme. Il prend part aux Jeux intercollèges et réussit le triplé 100, 200 et 400 mètres. «Je me souviens qu’après la compétition Vivian Gungaram et Paul Randabel m’ont approché pour me dire que j’ai du potentiel et que ce serait bien que je m’entraîne. Vivian m’a pris sous ses ailes et j’ai réalisé le parcours qui est le mien», confiait-il dans un entretien à L’Express en 2012.

Il s’illustrera sur 200 et 400 m où il sera recordman de Maurice en 48.7 de 1984 à 1987. Il fait partie des premiers Mauriciens à se rendre aux Jeux Olympiques. Cela se passe en 1984 aux Jeux de Los Angeles. En 1985, aux 2es Jeux des Iles de l’océan Indien, il est le premier athlète rodriguais à prendre part à cette manifestation. Il sera triple médaillé : deux d’argent et une de bronze au 400, 4x400 et 200 m. La même année, il est décoré par la reine Elizabeth ll. En 1992, il se reconvertit en entraîneur. Il détenait le diplôme de niveau 5 (IAAF) et deviendra conférencier de l’IAAF (Association internationale des fédérations d’athlétisme).

Le nom de Daniel André reste associé aux Jeux Olympiques. Maurice participe aux Jeux Olympiques pour la première fois en 1984 à Los Angeles. L’Amérique accueille alors les Jeux de la XXIIIe Olympiade de l’ère moderne. Au sein de la délégation mauricienne figurait Daniel André, athlète d’origine rodriguaise et coureur prometteur sur 100, 200 et 400 m. L’aventure en elle-même relevait de l’inimaginable, de l’exploit. Et sa rencontre là-bas avec les grands de la planète athlétisme allait façonner l’homme qu’il allait devenir.

Lors de la cérémonie d’ouverture des J.O. de Los Angeles, le défilé de la délégation mauricienne est composé uniquement de sélectionnés en athlétisme : Daniel André, Dominique et Christine Béchard et Vivian Coralie. Vivian Gungaram est le porte-drapeau. Le chef de la délégation est Ram Ruhee et le chef de mission Chintamun Rambocus. Les Mauriciens avaient pu suivre le déroulement de cette cérémonie sur RFO uniquement.

Pour les athlètes de sa génération, les Jeux Olympiques relevaient de «l’utopie». «A l’époque, il n’y avait pas de publicité et je ne crois pas qu’il y avait beaucoup de Mauriciens qui en rêvaient. C’était un peu l’utopie, jusque-là Maurice n’avait jamais participé à des J.O. Ce n’était pas le «talk of the town». Une anecdote en ce qui me concerne. En 1983, je suivais le championnat du monde d’Helsinki et je voyais Carl Lewis, Eveline Ashford, Ed Moses etc. et je disais à ma cousine que je rêve de participer aux Jeux Olympiques l’année suivante. Je ne savais même pas que Maurice n’y avait jamais participé et en plus je venais tout juste de débuter», confiait-il en 2012.

Le sport : sa «plus grande université»

Y participer, même avec une «wild card», était un rêve pour lui. « Comme je l’ai dit, c’était un rêve, c’est toujours un rêve. Je me suis dit que je suis chanceux d’avoir été choisi et il n’y avait que l’athlétisme. C’est quoi une «wild card» ? A l’époque, on ne connaissait pas ce mot. C’est un privilège et un exploit aussi.»

Il n’était pas question de médaille, loin de là. Etre présent à Los Angeles à ce moment-là équivalait à un podium. «C’était la première fois que Maurice était présente aux Jeux. C’était déjà un exploit d’être là, c’était beaucoup plus l’aventure, la découverte. Au niveau performance, je ne savais pas trop où me situer, ce que je valais. J’étais inexpérimenté mais je me suis dit que j’allais faire de mon mieux, améliorer mes perfs et justifier ma sélection. Pour moi, c’était beaucoup plus la rencontre avec les gens et voir évoluer les vedettes telles que Carl Lewis, Ed Moses, Daley Thompson, en personne. Je n’ai pas raté un seul jour de compétition», déclarait Daniel André en 2012 toujours.

C’était l’époque des Carl Lewis, Alonzo Babers, Sebastian Coe, Said Aouita, Edwin Moses, Al Joyner, Arto Härkönen. C’était la rencontre d’un sportif issu d’une petite île de l’océan Indien avec des géants. «Si je suis encore dans le giron, c’est grâce à une rencontre avec ces champions. J’ai eu la chance de m’échauffer en compagnie d’Ed Moses et je lui ai parlé. Nous avons fait des étirements ensemble, c’était magique ! J’ai couru dans la même série que Ben Johnson et Raymond Stewart, le champion du monde junior du 100 m, et avec Desai Williams, champion du Canada sur 200 m. Il y avait aussi Darren Clark, champion du monde junior du 400 m. Je me suis assis à côté de Carl Lewis dans la salle de repos après les préliminaires et il m’a tendu une orange. Moi, j’étais déjà éliminé et lui il attendait pour courir le deuxième tour. J’ai côtoyé un grand bonhomme en la personne de Daley Thompson. Pour moi, il reste le plus grand de par ses performances hors normes, sa versatilité, son sens de l’humour, son humilité et sa simplicité. Ce sont des souvenirs intarissables et après presque 28 ans, je les revis comme si c’était hier», confiait Daniel André il y a dix ans.

Ce fut un déclic. Le sport sera pour lui «la plus grande université que j’ai connue». L’athlétisme l’a façonné autant que lui-même a façonné son sport de prédilection tant à Maurice qu’à Rodrigues. Il aimait le sport et contribuera à son épanouissement en dirigeant le Trust Fund for Excellence in Sports et le Pôle Espoirs Jeunes à Rodrigues. Premier «acting Sport Officer», conférencier de niveau 2 de l’IAAF, il mena un combat pour l’avènement du Comité olympique de Rodrigues mais son projet n’aboutit pas. Président de la Parents Teachers Association de l’Ecole Communautaire d’Araucaria, entraîneur national de sprint et des haies, il a produit plusieurs des plus grands athlètes de Maurice : Eric Milazar, Fernando Augustin, Daniella Stéphan, Henrico Louis, Antonio Vieillesse, Maxwell Evenor, Elvino Pierre-Louis, Amélie Anthony, Ann-Loa Léopold ou encore Claudia Bernard.

Les funérailles de Daniel André auront lieu à 15h ce vendredi 22 septembre en la cathédrale de Saint-Gabriel. L’Express présente ses plus sincères condoléances à tous ceux que ce deuil afflige.


Témoignages

Judex Lefou, ancien recordman national du 110 m haies: «L'athlétisme rodriguais et mauricien perd un grand»

«Je suis très attristé par le décès de Daniel. Ça a été un choc pour moi quand Vivian (Gungaram) me l’a annoncé vers 7h au téléphone. J’ai connu Daniel en 1984, surtout quand il devait participer aux J.O. de Los Angeles. Moi, c'était mes débuts au stade de Rose-Hill. Puis, il était dans le groupe de Ron Davis. Grand athlète du 400, le premier à descendre sous les 50 secondes, je crois. Grand entraîneur, grande connaissance au niveau du sport, toujours à conseiller et donner des «tips» dans les entraînements. Il a fait briller Rodrigues en athlétisme. C’était un très grand ami qui restait simple et humble. Cela nous fait réfléchir, nous les athlètes de cette génération. Tout peut nous arriver niveau santé même si on se croit toujours en forme. L'athlétisme rodriguais et mauricien perd un grand. Daniel avait aussi un caractère bien trempé et n’hésitait jamais à dire tout haut ce qu’il pensait tout bas.» 

Gilles Brelu-Brelu, ancien sprinter: «On est devenu non seulement adversaires mais amis»

«La première fois que je vois Daniel, il avait gagné aux sports intercollèges. Et il est venu au stade de Rose-Hill s'entraîner avec nous par la suite. Jean-Maurice (Mamet) et moi lui avons montré comment prendre le départ sur des starting-blocks. On est depuis devenu non seulement adversaires mais amis. Quelques années plus tard, il était aux Jeux Olympiques. Il avait battu le record de Norbert Barbe au 400 m. J’allais le voir à chaque fois que j’allais à Rodrigues. C’est vraiment une très triste nouvelle.»

Vivian Gungaram, assistant-secrétaire de l’Association mauricienne d’athlétisme: «C’est une perte énorme pour Maurice et Rodrigues»

«Je considérais Daniel comme mon fils. Il était un membre de la famille de l’athlétisme mais aussi de la famille Gungaram. Il a habité chez nous pendant deux ans quand il était athlète et étudiant. C’est bien triste. Daniel a mené de nombreuses opérations à Rodrigues. Par exemple, la rencontre Maurice-Réunion cadets tenue dans l’île, l’assemblée générale de l’AMA organisée à Rodrigues, la tenue du semi-marathon à Rodrigues. Rodrigues était une région intégrée grâce à son travail. Il a travaillé pour le sport en général à Rodrigues. C’est une perte énorme pour Maurice et Rodrigues.» 

Le parcours de Daniel André :
Ses perfs records : 100m- 11.19 - 03.08.84 à Los Angeles, égale le record national de Jean Charlotte 11.19 - 05.07.78    à Nice.

200m (e) 22.47- 05.08.84- Los Angeles, 22.21- 29.08.85

250m- 28.8- 13.01.90

400m- 49.5- 10.06. 84- St. Denis. 49.1- 17.08.85
49.0 - 12.07.86
48.9- 05.08.86
47.7 - 1988

400m (e) 49.09- 04.08.84
Los Angeles

4 X 100m 42.0- 18.05.86
C.Boda- D. André- D. Kisnorbo- S. Laroulette

4 X 200m- 1.27.4 27.04.90
J.Casalas- D. André- B. Auguste- G. Batour

4 x 400m- 3.19.0- 30.07.83- St. Denis
D. André- M. Brochard
P. Monty- N. Barbe.

- 3.18.9- 18.08.85
D.André- P. Monty
Y. Florens- N. Barbe.

- 3.14.5- 31.07.88
G.Batour- N. Barbe
C. Boda- D. André

- 3.14.1- 26.05.90- St. Denis
P. Legrand- B. Mikale
D. André- J. Casalas

4 X 400m (e) 3.12.65- 11.08 87- Nairobi
N. Barbe- Y. Florens
D. André- C. Boda

Palmarès

1983 : Champion national junior du 200 et du 400 m
Vice-champion national senior du 400m. Première sélection en équipe nationale pour la rencontre Réunion-Maurice/Réunion et record de Maurice du 4 x 400m à La Réunion.
1984 : Champion de Maurice sur 200 et 400m 
Participation aux Jeux Olympiques de Los Angeles, Californie
Désigné meilleur athlète de Maurice
De 1984 à 1987 : Recordman de Maurice du 400 m avec 48.7
1985 :  Triple médaillé aux Jeux des îles de l’océan Indien : 2 d’argent et 1 de bronze au 400, 4x400 et 200 m
1986-1991 : Participation à plusieurs compétitions internationales en Asie (Inde, Singapour et Malaisie), Europe et Afrique (Jeux d’Afrique et championnats d’Afrique)
1992 : Reconversion en entraîneur. Détient le niveau 5 (IAAF). 

  • Conférencier de l’IAAF (Association internationale des fédérations d’athlétisme)
  • Secrétaire du Comité Régional d’athlétisme de Rodrigues et cadre administratif de l’Association Mauricienne d’Athlétisme
Publicité
Publicité
Lexpress deals logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

Lexpress deals brochure
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x