Suicide : «je demande au ministre Callichurn d'enquêter sur la mort de ma fille»

Avec le soutien de
(Photo d'illustration)

(Photo d'illustration)

Subissait-elle des pressions au travail ? La maman de cette jeune femme, qui s’est donné la mort le jeudi 15 septembre, se pose en tout cas la question. «Après avoir été affectée au ministère du Commerce, elle a pris trois semaines de congé alors que ce n’est pas du tout son habitude. C’est une bosseuse.» Le suicide de cette procurement officer, âgée de 31 ans, suscite la polémique.

À Mare-d’Albert, son entourage est toujours sous le choc. Selon les personnes qui l’ont côtoyée, elle avait effectivement bien du mal à tenir la pression et le stress au travail, après qu’elle a été promue à ce poste il y a trois mois. Le corps de la trentenaire a été retrouvé dans sa chambre jeudi dernier… La police de Plaine-Magnien a été alertée par sa famille après qu’elle a commis l’irréparable. Une fois sur place, les enquêteurs ont retrouvé des traces de sang au niveau de sa bouche. Elle était allongée sur le lit et la famille a expliqué qu’elle s’était pendue à l’aide d’un morceau de tissu attaché aux barreaux de la fenêtre. Les officiers de la Central Investigation Division du Sud et ceux du Scene of Crime Office n’ayant retrouvé aucun indice suspect sur place, la thèse d’agression mortelle a été écartée. Le corps de la jeune femme a été transporté à l’hôpital Candos où une autopsie a attribué son décès à une asphyxie due à la pendaison.

«Inn ler pou met enn lor ladan»
Sa famille, inconsolable, évoque cependant encore et toujours les «pressions» qu’elle aurait pu subir au sein de ce département. «Elle a travaillé pendant huit ans au ministère de l’Éducation à Rose-Belle mais n’a jamais pris de nombreux jours de congé. Elle se faisait appeler leur ‘zanfan gaté’... Elle aimait son travail. Mais depuis qu’elle travaille au sein de ce nouveau ministère, les choses ont changé. Elle a pris trois semaines de leave avant qu’elle ne mette fin à ces jours.» Selon ses proches toujours, elle avait fait une demande de transfert auprès de son supérieur mais rien n’a été fait. «C’était quelqu’un de réservé, qui s’abstenait de dire si elle avait des soucis au travail. Mais elle avait bel et bien évoqué le fait qu’elle n’était pas à l’aise là où elle travaillait. Elle avait beaucoup de boulot et devait faire celui des autres quand ses collègues s’absentaient.»

Ce qui est certain, fait valoir la mère, c’est que sa fille n’a jamais eu de tendances suicidaires. «Elle était très intelligente, elle a obtenu son LLB mais n’a pas passé les examens du barreau car elle ne voulait faire pas que son père investisse encore de l’argent dans ses études. Elle a préféré prendre du travail dans une banque et ensuite elle a eu l’opportunité de travailler pour le gouvernement. Elle avait la tête sur les épaules. Ma fille aimait la vie, elle avait beaucoup d’amour pour ce qu’elle faisait. Elle n’a jamais montré de signes de détresse sauf après son transfert… Elle n’avait plus cette joie de vivre…»

La veille du jour fatidique, dans la soirée de mercredi, la mère dit n’avoir rien remarqué d’anormal chez sa fille. «J’avais préparé à dîner ek monn dir mo pou gard kari ki resté pou met dan so dipin landémin pou li al travay.» Mais elle est partie se coucher tôt, en disant qu’elle avait froid, alors que mère et fille avaient pour habitude de regarder des séries télévisées ensemble… Quelques heures plus tard, la trentenaire devait ne plus jamais se réveiller. Entre les larmes, la douleur et l’incompréhension, la maman éplorée souhaite obtenir des réponses à ses questions. «Je demande au ministre Callichurn d’ouvrir une enquête sur la mort de ma fille car je ne veux pas que quelqu’un d’autre perde la vie comme elle. Inn ler pou met enn lord ladan…»

Le ministère concerné a émis un communiqué à ce sujet hier soir

Le ministère «affligé»

Les autorités ont émis un communiqué suivant le suicide de la «procurement officer», hier. Celui-ci se lit comme suit (NdlR, à noter que nous avons masqué le nom de la jeune femme afin de préserver sa mémoire et par respect pour sa famille).

Suite aux différentes allégations formulées contre le ministère du Commerce et de la Protection des consommateurs suivant le décès de Mlle...................... , qui assumait les responsabilités d’Acting Procurement and Supply Officer/Senior Procurement and Supply Officer au sein de l’organisme, le ministère tient à apporter les précisions suivantes pour dissiper tout malentendu et mettre un terme aux rumeurs qui circulent à la suite de cet événement tragique.

Mlle.................a été postée – par le ministère des Finances, de la Planification économique et du développement – au ministère du Commerce et de la Protection des consommateurs le 6 juin 2022, et elle a pris ses fonctions quelques jours plus tard.

Du 22 août au 11 septembre 2022, elle était en «vacation leave» et elle a repris le travail le lundi 12 septembre 2022.

 Du 12 septembre 2022 au 14 septembre 2022, l’officier n’a fait part d’aucun problème qu’elle rencontrerait au niveau de son travail ni au niveau relationnel avec le personnel du ministère. Il est important de souligner que Mlle............... n’a jamais évoqué un quelconque problème ni au département des ressources humaines du ministère, ni à ses supérieurs hiérarchiques au ministère des Finances, de la Planification économique et du développement.

 Depuis son arrivée au ministère du Commerce et de la Protection des consommateurs, Mlle............n’a été appelée à traiter aucun dossier majeur.

 Il convient de faire ressortir que, contrairement aux rumeurs, elle n’a été sujette à aucune pression au travail. 

En ce qui concerne les pressions dont Mlle ....... aurait, selon certains, été victime de la part des auditeurs par rapport à certains dossiers, il est impératif de souligner que ces derniers sont au ministère depuis le début du mois de septembre 2022, mais ils ne l’avaient pas encore rencontrée au 14 septembre.

 De nombreux commentaires ont aussi été faits au sujet d’une trentaine d’officiers qui ont demandé et obtenu leur transfert vers d’autres ministères. Il faut comprendre que cela fait suite au relogement du ministère du Commerce et de la Protection des consommateurs de Port-Louis à Ébène en 2020. Ce décès afflige grandement le ministère du Commerce et de la Protection des Consommateurs qui tient, d’ailleurs, à présenter ses sympathies à la famille de Mlle........... Le ministère est prêt à collaborer pleinement à toute enquête liée à ce drame.

Publicité
Publicité
Lexpress deals logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

Lexpress deals brochure
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x