Salim Nobeebux, directeur de Le Five: «Notre but est de développer le football local»

Avec le soutien de
Le gérant Salim Nobeebux est un passionné du ballon rond depuis son enfance.

  Le gérant Salim Nobeebux est un passionné du ballon rond depuis son enfance.  

Ce samedi 24 septembre, marquera le début d’un long périple pour les 18 entreprises engagées dans la F5 Corporate League. Cette compétition, organisée par Le Five Centre de Foot situé à Terre-Rouge, s’étalera sur plusieurs semaines. Salim Nobeebux, l’un des directeurs de Le Five, nous en dit plus sur cette compétition dans l’interview qui suit. L’entrepreneur revient également sur les projets qui verront sous peu le jour dont un partenariat avec une équipe de Premier League.

La F5 Corporate League prendra son envol samedi avec 18 formations sur la grille de départ. Comment se passe les préparatifs ?
Les préparatifs se déroulent très bien. C’est un projet qu’on voulait concrétiser et aujourd’hui nous sommes prêts pour le lancement. C’est une grosse organisation mais nous avons une bonne équipe qui va s’assurer que le tournoi se déroule correctement. Le tirage au sort pour déterminer les groupes a été fait le week-end dernier avec la présence d’un représentant de chaque équipe.

Comment les entreprises accueillent-elles cette compétition ?
Les entreprises sont excitées de pourvoir jouer cette compétition à Le Five pour la première fois. Elles ont hâte de découvrir nos terrains que certains qualifient déjà de très bonne qualité et se sentent en sécurité avec les barrières de protection autour du terrain. Pour cette édition nous avons eu 18 entreprises qui seront réparties dans trois ligues. Les joutes se dérouleront sur nos trois terrains (deux mi-temps de vingt minutes chaque match).

Une ligue interentreprises n’est pas nouvelle à Maurice. Comment Le Five a-t-il fait en sorte que cette compétition se distingue des autres ?
A Le Five, notre priorité reste la sécurité de nos joueurs. Ainsi, on aura pendant toute a durée de la ligue, une ambulance et des secouristes professionnels. D’ailleurs, un défibrillateur a même été acheté pour le tournoi. Nous sommes le seul centre sportif à Maurice à en posséder un. Autre innovation pour les entreprises participantes, elles pourront, à travers une application, suivre les résultats des ligues et le classement des meilleurs buteurs entre autres.

Cela fait cinq ans que Le Five a ouvert ses portes. Parlez-nous du chemin parcouru jusqu’ici…
Ce fut un long chemin avec des hauts et des bas sachant qu’en 2019, nous avons été contraints de fermer durant six mois pour rénover l’enceinte après les inondations. Ensuite, il y a eu la pandémie de Covid-19 qui a fait que nous n’étions pas en capacité d’opérer pendant 10 mois. Lorsque nous avions inauguré les deux terrains en 2017, il y avait un réel engouement et c’est pour cela que nous avons inauguré un troisième terrain. La satisfaction de notre clientèle fait notre force et nous les remercions d’être restés fidèles pendant toutes ces années. Mon frère Saad et moi-même sommes employés à temps plein dans l’entreprise familiale et travaillons à temps partiel à Le Five. Sans nos parents, le projet n’aurait jamais vu le jour. Nous les remercions de leur confiance.

Comment se portent les jeunes de votre académie ?
Je suis très content de voir la progression de ces jeunes pas qu’en termes footballistiques mais aussi dans leur attitude, leur sens de responsabilité et la cohésion avec les autres enfants. C’était notre rêve de fonder une académie afin de promouvoir le football à travers les jeunes tout en leur proposant des activités ultra scolaires. Et aujourd’hui, notre académie poursuit sa progression. L’important est que nous apprenions chaque jour comment nous améliorer. Nous demandons toutefois aux parents d’être plus présents et de participer activement aux développements de leurs enfants. On constate malheureusement que les Mauriciens sont moins présents au contraire des expatriés qui sont toujours là pour motiver leurs enfants. Nous devons faire ce petit effort pour les enfants.

Comment voyez-vous l’évolution de votre académie dans les prochaines années ?
Le mois d’octobre s’annonce chargé puisque nous allons devenir partenaire avec l’académie d’un club de Premier League. Ce dernier a formé de grands joueurs internationaux. Ce sera aussi un grand pas en avant pour notre académie que d’apprendre avec ce partenaire pour la formation des jeunes Mauriciens. A travers ce partenariat, notre but est de développer le football local. C’est un projet à long terme qui vise aussi à regrouper plusieurs académies dans l’unique but d’aider nos jeunes. Nous lançons un appel aux autres académies ayant la même philosophie de s’unir afin qu’on puisse travailler ensemble.

Vous êtes également un passionné de football. D’où vient cet amour pour le ballon rond ?
La passion du foot s’est développée grâce à mon équipe de cœur qui est le Real Madrid. Comme tout jeune passionné, j’ai toujours joué au foot à l’école. J’ai eu la chance d’étudier à Madrid pendant un semestre. J’étais présent à presque tous les matches du Real Madrid.

Le Five à réellement débuter en 2014 lorsque je suis revenu de Madrid. Mon frère et moi, nous jouions au football sur différents terrains au Champ de Mars notamment mais on a constaté que les terrains étaient en mauvais état. C’est là qu’est née l’idée de construire un terrain de bonne qualité afin que nos jeunes puissent jouer au football sans se blesser.

Vous êtes l’un des directeurs de Le Five. Parlez-nous de vous ?
J’ai 29 ans et je suis marié depuis 2018. Bachelier du Lycée des Mascareignes en 2011, j’ai fait un Master en Finance Ingénierie Financière. Mais dans ce Master, ce n’est pas strictement de la Finance, c’est aussi du Management. Malheureusement, je n’ai jamais eu l’occasion de me plonger à 100% dans le domaine de prédilection de mon Master que j’aime à la base. Je travaille dans le secteur des produits alimentaires au sein de l’entreprise familiale où je suis responsable des opérations et de la finance. Sur un point plus personnel, je pense que sans la corruption, Maurice aurait fait des merveilles.

Quels sont les projets que Le Five ambitionne d’entreprendre dans le futur ?
Un des projets qui nous tiennent à cœur, c’est l’ouverture d’un nouveau centre Le Five dans les Plaines-Wilhems afin d’être plus proches de nos clients. Cependant, c’est un projet à long terme. Sur le moyen terme, nous avons déjà le projet de l’académie qui nécessitera beaucoup de ressources. On espère avoir le soutien des associations et la collaboration d’autres académies afin de donner la chance aux Mauriciens. La F5 Corporate League aussi se jouera avec une nouvelle formule l’année prochaine avec notamment des tournois qui regrouperont des entreprises évoluant dans le même secteur d’activité.

Salim Nobeebux, l’un des directeurs de Le Five, discutant avec les représentants et capitaines des dix-huit firmes participantes.
Marylou Delmas, une des chevilles ouvrières dans l’organisation de ce tournoi interentreprises.

Publicité
Publicité
Lexpress deals logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

Lexpress deals brochure
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x