Covid-19: la fin de la pandémie à «portée de main» ou presque !

Avec le soutien de

Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a tenu un point de presse, mercredi, à Genève. Il a indiqué que le monde est dans une très bonne posture afin de mettre fin à la pandémie du Covid-19, qui a contaminé mais aussi tué des millions de personnes depuis fin 2019. Selon lui, la semaine dernière, le nombre de décès hebdomadaires du Covid-19 est tombé au plus bas depuis mars 2020. «Nous n’avons jamais été dans une meilleure position pour mettre fin à la pandémie.» D’ajouter toutefois : «Nous n’y sommes pas encore, mais la fin est à portée de main. Quelqu’un qui court un marathon ne s’arrête pas quand il aperçoit la ligne d’arrivée. Il court plus vite, avec toute l’énergie qui lui reste. Et nous aussi.» 

Qu’en est-il de la situation de la pandémie actuellement à Maurice ? Selon le site officiel de l’OMS, le pays a comptabilisé, depuis mars 2020, 260 947 cas positifs et 1 024 décès liés directement au virus. Et à hier, 15 patients – dont une personne sous respirateur artificiel– étaient admis à l’hôpital ENT. Durant la semaine écoulée, 59 cas positifs ont été détectés par test PCR à Maurice et 139 à Agaléga, soit 135 Agaléens et 4 Indiens. Dans les hôpitaux régionaux, le personnel note une nette amélioration. «Nous avons quelques cas positifs enregistrés au quotidien. Mais ils ne sont pas si graves et la plupart des personnes contaminées préfèrent rester chez elles en isolation. Nous ne sommes pas débordés par les cas comme c’était le cas à la même période l’année dernière. Nou ena enn retour à la normal...», confie un infirmier de l’hôpital Jeetoo. 

D’expliquer que les cas sévères sont très rares. Du côté du ministère également, même son de cloche. Une source bien renseignée explique que dans la plupart des cas, les symptômes sont légers, ainsi plusieurs personnes se tournent vers les pharmacies pour se soigner. «Il n’y a plus cette frayeur du Covid, comme cela était le cas l’année dernière par exemple. Dimoun inn konpran ki pou bizin viv ek li aster !» 

Le virologue basé en Afrique du Sud Shameem Jaumdally explique qu’il faut garder en tête que le virus ne va pas disparaître. «Il y aura toujours des vagues, des cas. Comme l’influenza saisonnière.» Mais désormais le Covid-19 sera moins dévastateur car une grande partie de la communauté a déjà été affectée et donc nous avons déjà développé l’immunité face à la maladie, ainsi «même si la transmission augmente, la sévérité est moindre». Citant à titre d’exemple, les Etats-Unis qui ont atteint les 60 % de leur population infectée depuis avril, l’Angleterre à 85 % et l’Afrique du Sud à 90 %.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x