Tortures policières: le dossier de Krishna Seetul sur la table du DPP

Avec le soutien de
Après son arrestation, en février 2020, Krishna Seetul s’est retrouvé avec les deux jambes fracturées alors que son corps était recouvert de blessures…

Après son arrestation, en février 2020, Krishna Seetul s’est retrouvé avec les deux jambes fracturées alors que son corps était recouvert de blessures…

Le Directeur des poursuites publiques (DPP), Me Satyajit Boolell, Senior Counsel, est en présence du dossier de Krishna Seetul, victime de brutalité policière et de torture. C’est une source au bureau du DPP et de l’Independent Police Complaints Commission (IPCC) qui nous l’a confirmé. Trois autres dossiers, relatifs aux tortures policières toujours, concernant Christopher Pierre-Louis, David Jolicoeur et Deepack Jeool, devraient être envoyés sous peu au bureau du DPP par cette commission.

Cet organisme, présidé par l’ancienne juge Deviyanee Beesoondoyal et ayant pour membres Me Viren Ramchurn, avocat, et Phalraj Servansingh, travaille d’arrache-pied avec ses enquêteurs pour boucler ces dossiers qui seront dé- posés incessamment sur la table du DPP.

Les autres enquêtes sur les tortures impliquant des policiers de la CID de Terre-Rouge et l’ancienne Anti-Roberry Squad vont bon train. D’ici la fin de ce mois ou début septembre, trois enquêtes seront bouclées et le dossier remis au DPP.

Contacté au téléphone, Phalraj Servansingh, membre du board de l’IPCC, se dit satisfait du déroulement des enquêtes car les éléments recherchés dans chaque dossier ont été retrouvés. «Les enquêtes avancent. Notamment dans les cas de Christopher Pierre-Louis, David Jolicoeur et Deepack Jeool.» Il ajoute que de nombreuses personnes ont été auditionnées par les enquêteurs de l’IPCC. Les victimes ont donné leur version des faits, en compagnie de leurs hommes de loi. «Il y a eu un exercice afin que les accusateurs identifient les policiers impliqués dans les cas de brutalité policière qu’ils ont mentionnés.»

«Il y a eu un exercice afin que les accusateurs identifient les policiers impliqués dans les cas de brutalité policière qu’ils ont mentionnés.»

Phalraj Servansingh ajoute que les dossiers concernant la CID de Terre-Rouge, l’ancienne Anti-Roberry Squad du Sud et la CID de Mahébourg sont en train d’être traités en premier. Les victimes avaient porté plainte en juin après la diffusion des vidéos choquantes qui ont circulé à plusieurs reprises sur les réseaux sociaux. C’est à ce moment-là que les victimes sont venues de l’avant pour dénoncer les tortionnaires.

Krishna Seetul, lui, accuse sept officiers de la CID de Terre-Rouge et de Plaine-Magnien de brutalité policière, de torture et d’abus sexuels. Il avait été interpellé arrêté en février 2020 pour vol avec violence.

Les dossiers de Christopher Pierre-Louis, David Jolicoeur et Deepack Jeool sont pour leur part toujours devant l’IPCC. Ces quatre hommes ont été reconnus par les membres du public en juin dernier quand des vidéos de brutalité et de tortures perpétrées par des éléments du CID de Terre-Rouge et de Plaine-Magnien ont été diffusées sur les réseaux sociaux. Ils avaient été arrêtés pour une affaire de vol en 2019.

Par alleurs, d’autres dossiers ont été retardés parce que les avocats des victimes ont réclamé des renvois car devant représenter leurs clients en cour.

Publicité
Publicité
Lexpress deals logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

Lexpress deals brochure
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x