Ouest: un exercice policier de simulation vire au chaos

Avec le soutien de
(Photo d'illustration)

(Photo d'illustration)

Un exercice de simulation d’un hold-up a tourné au vinaigre dans la division ouest jeudi. Bilan: deux véhicules de police endommagés. Un cas d’accident a été rapporté au poste de police de Bambous. En effet les agents de la division Ouest avaient planifié un exercice de simulation dans le cadre d’un action plan à la suite d’une circulaire du commissaire de police. Le but de cet exercice était de tester l’efficacité des response teams ainsi que l’opération et la fonctionnalité des caméras Safe City.

Un policier s’est mis dans la peau d’un voleur. Point de départ: une entreprise de l’Ouest. Le «policier voleur» a ensuite pris la fuite avec toutes les unités de police à ses trousses. Les policiers de la division avaient été avertis qu’un exercice de simulation se tenait, sauf le poste de Camp-Levieux qui n’avait pas reçu de message. Des policiers affectés à ce poste effectuaient pour leur part un road-block à St-Martin. Le véhicule «suspect» a été ciblé à la route St-Martin. C’était un véhicule appartenant à la flotte d’une unité criminelle qui n’est pas immatriculé avec un numéros reconnaissable de l’État qui contient le sigle RM. Les policiers de Camp-Levieux, croyant avoir affaire à un malfrat se sont mis à la poursuite de leur collègue. Arrivés à Bambous, ils ont essayé de le coincer le policier en le percutant pour freiner sa course. Ce n’est qu’une fois l’agent descendu que la bourde a été constatée. Après cet accident, les hauts gradés se renvoient la balle sur la responsabilité de la mauvaise tournure des événements.

Publicité
Publicité
Lexpress deals logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

Lexpress deals brochure
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x