Le chômage perdure malgré les offres d'emploi

Avec le soutien de
Le «Job Fair» est un moyen pour les entreprises de divers secteurs de repérer de potentielles recrues.

Le «Job Fair» est un moyen pour les entreprises de divers secteurs de repérer de potentielles recrues.

Affichant 8,7 % au premier trimestre de 2022 et 9,1 % pour toute l’année 2021, l’emploi reste un thème prépondérant en pleine conjoncture inflationniste. En effet, au niveau mondial, l’International Labour Organisation (ILO) des Nations unies prévient de l’impact du conflit russo-ukrainien et de la situation économique mondiale sur l’emploi. Après une hausse importante au cours du dernier trimestre de 2021, le nombre d’heures travaillées dans le monde a diminué au cours du premier trimestre 2022, à 3,8 % en dessous de la même période en 2019, ce qui équivaut à un déficit de 112 millions d’emplois à temps plein. 

À Maurice, pour 2021, les chiffres de l’emploi, c’est-à-dire les emplois créés moins ceux ayant perdu leur emploi, affichent une baisse de 33 500, passant de 517 900 en 2020 à 484 400 en 2021. Aussi, en 2021 toujours, le taux de chômage chez les jeunes augmente comparativement à 2020, la principale cause, la baisse de l’emploi, donc les emplois créés moins ceux ayant perdu leur emploi. L’emploi baisse par 7 000, passant de 48 700 en 2020 à 41 700 en 2021. Pourtant, il semble qu’il y ait moins de jeunes sans emploi, le chiffre passant de 17 200 en 2020 à 16 000 en 2021. Le taux de chômage chez les jeunes passe donc de 26,1 % en 2020 à 27,7 % en 2021. 

Face à une inflation de 9,6 % dans le pays et un taux de croissance de 6 % prévu pour 2022 selon le dernier rapport MCB Focus, avoir un emploi est essentiel pour faire face aux augmentations continues du coût de la vie. Enter la prime à l’emploi mensuelle de Rs 15 000 pour la première année d’emploi de 10 000 jeunes de 18 à 35 ans et de femmes jusqu’à 50 ans, comme annoncé dans le discours budgétaire. Si la mesure devrait entrer en vigueur d’ici janvier 2023, c’est un sujet qui fait débat, en particulier dans le secteur privé. Une prime à l’emploi pourra-t-elle stimuler la création d’emploi ? Cela reste à voir, mais c’est en tout cas un début d’action. 

Il est intéressant de noter que si le chômage est de l’ordre de 8,7 % au premier trimestre de 2022, les exercices de recrutement se font, à l’instar des services financiers qui recrutent massivement et organisent des job fairs pour informer les plus jeunes des opportunités disponibles dans le secteur. On retrouve aussi d’autres secteurs, dont le tourisme ou la construction, entre autres, qui cherchent à recruter et ont, dans certains cas, besoin de se tourner vers l’étranger. Pourquoi peinent-ils à recruter ? 

À titre d’exemple, voyons le tourisme. Y a-t-il une urgence à recruter ? «Je dirai même que c’est plus qu’urgent et il nous faut une remise en question de notre politique. Je persiste à dire que les touristes doivent être servis et accueillis par des Mauriciens. L’expertise étrangère est importante, mais la face de notre île devrait être le Mauricien. C’est ce qui nous démarque de notre concurrence, c’est ce que nous vendons, la gentillesse et le sourire mauriciens», tient à faire ressortir Sydney Pierre, Chief Sales and Marketing Officer à JW Marriott Mauritius. 

Selon lui, le succès de l’industrie dépend de la qualité du service et si nous commençons aujourd’hui à faire des compromis, nous n’aurons rien pour nous démarquer, à part notre sable blanc qui peut également se trouver pas loin de chez nous. Mais quid de la compétitivité des salaires ? «Nous faisons face à une situation de crise, mais le recrutement de la main-d’oeuvre étrangère devrait être temporaire. La prime à l’emploi ne répond qu’à une partie du problème. Nous cherchons des idées de comment nous démarquer alors que le Mauricien répond à cette problématique.» Selon lui, il nous faut aujourd’hui redessiner les contours de notre industrie en commençant par la formation, proposer un plan de carrière raisonnable et une vraie revalorisation de tous les métiers est plus qu’urgente, cela à tous les niveaux. 

La prime à l’emploi sera-t-elle une solution, ou en tout cas une partie des solutions pour stimuler la création d’emplois ? Le temps, les négociations privé-public et l’application concrète des mesures nous en diront plus.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x