Cadavre à Rivière-des-Anguilles: la présumée meurtrière de Devianee Bheekun remise en liberté

Avec le soutien de
Devianee Bheekhun a été emmenée de force à bord d’une voiture avant d’être tuée en janvier 2020.

Devianee Bheekhun a été emmenée de force à bord d’une voiture avant d’être tuée en janvier 2020.

Une somme de Rs 150 000, c’est le montant de la caution imposée par la Bail and Remand Court (BRC) à Vinasen Vadalingum pour recouvrer la liberté, la semaine dernière. Cela, dans le cadre de sa détention à la suite de l’assassinat de Devianee Bheekun, dont le corps a été retrouvé, le 5 janvier 2020, au pied d’une falaise à Rivière-des-Anguilles.

Trois personnes ont été placées en état d’arrestation, dont un mineur, qui est passé aux aveux par rapport à ce crime et qui a cité le nom de Vinasen Vadalingum comme étant l’une de ses complices. Ces arrestations sont survenues à la suite de l’interrogatoire d’un chauffeur de taxi, qui, avec ses informations, a mis la puce à l’oreille des enquêteurs.

Le chauffeur avait l’habitude d’aller déposer et récupérer la victime, qui travaillait comme femme de ménage chez des étrangers au morcellement Black Rock à Tamarin. Le quinquagénaire a affirmé aux enquêteurs qu’en déposant Devianee Bheekhun devant son lieu de travail, il avait remarqué une voiture grise garée près du bungalow où elle est employée. Il a ajouté que la présence de ce véhicule était intrigante car à cette heure-là, soit 7 heures, cette région est toujours calme.

Le chauffeur de taxi a aussi reçu un texto étrange de Devianee Bheekhun lui disant : «Korek mo pé rési trasé pou al lakaz.» Cela l’a intrigué car il était convenu entre eux deux depuis la veille, soit le 2 janvier, qu’il allait seulement la déposer à son travail car il était pris pour le reste de la journée et avait une fête de famille. L’employeur de Devianee Bheekhun a aussi reçu un message provenant du portable de cette dernière, qui disait qu’elle arrêtait de travailler pour lui.

Avec ces informations, les policiers ont visionné les images des caméras de surveillance des résidences de la région. La victime a été aperçue montant à bord d’une voiture grise. De plus, ces images ont montré que la jeune femme luttait avec une personne avant d’entrer dans le véhicule. Le Command centre des caméras Safe City à Ébène a été mis à contribution. La plaque d’immatriculation de la voiture a ainsi pu être relevée, de même que l’itinéraire du véhicule grâce à son Global Positioning System.

Son nom ayant été mentionné par le mineur arrêté, Vinasen Vadalingum a été interpellée sous une accusation provisoire d’assassinat. Si en cour, l’enquêteur principal s’est dit d’avis que la suspecte ne peut être libérée étant donné qu’elle peut influencer le témoignage du mineur et qu’elle risque de s’enfuir, la magistrate Asha Sungkur Daby a estimé que la nature des preuves est faible en l’absence d’éléments directs.

«La suspecte s’était fait déposer à La Gaulette au moment des faits et le corps de la victime a été retrouvé sous une falaise à Senneville. D’ailleurs, il a été établi, en cour, que la suspecte, qui travaillait comme Laboratory assistant n’a aucun moyen pour quitter le pays», a conclu la magistrate, qui a alors imposé une caution de Rs 150 000 à Vinasen Vadalingum, de même que la signature d’une reconnaissance de dette de Rs 500 000. «Elle doit habiter Tyack et ne peut quitter la maison entre 21 et 5 heures.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x