Torture policière: les paroles et les images…

Avec le soutien de
Captures d’écran des actes de torture policière sur des suspects. Des images qui ont défrayé la chronique.

Captures d’écran des actes de torture policière sur des suspects. Des images qui ont défrayé la chronique.

Attention, femmes et enfants, ne lisez pas ce qui va suivre ! Pour que chacun se fasse une idée de la chanson qui vaut son pesant d’arrestations, notamment pour l’avoir chantée dans un mariage, voici les paroles de «Polico crapo». Qui n’incite pas au crime d’agents, mais raconte le quotidien de certains. On vous met également quelques captures d’écran des actes de torture sur des suspects, qui l’illustrent au-delà du réel. Et tant qu’on y est, les messages de soutien de policiers à leurs collègues à la matraque électrique facile et au goût prononcé pour le sadisme et les vidéos de leurs actes «héroïques». Qu’est-ce qui est le plus choquant ? Faites votre propre jugement.


Paroles 666 Armada – Frog polico crapo (en kréol)

Polis polis krapo (x3)
Lev palolo alé téléfonn zot makro
Krapo popiliko poliko krapo
Popopliko poliko krapo
Popoliko poliko
Lev palolo alé téléfonn zot makro
Krapo popiliko poliko krapo
Popoliko poliko krapo
Lev palolo alé téléfonn zot makro
Popopliko poliko krapo
Lev palolo alé téléfonn zot makro
*
Si éna pa gagn twa nouvo lamod
Zot péyé pou mété
Sirtou si to enn nasion
Ki pé roul vit tinté
Si dan to labous dé platinn pé briyé
Savédir to enn trafikan
Ki pé kontrol to sité
Sansé gagn dawat
Sansé pé vinn débousé
Péna tap laport défonsé pou rantré
Pé vinn fer lafouy avek enn tonn lev ar blé
Welcome dan Moris kan pa gagné zot mété
Komié dan ‘remand’ inosan pé kriyé
Laba kan rantré péna simin rétourné
Kot mwa mo res enn VIP
Mo res VIP kaméra lor lili
Mo pé fer touni minwi
Vinn ramas mo guilty
Zot pé vinn kot mwa
Koumadir bann fourmi
Zot pé kraz partou
Ziska dévir mo lili
Si mo ‘warrant’ inn sorti
Savédir mo pou al dormi
*
Krapo popopliko poliko krapo (x3)
Lev palolo alé téléfonn zot makro
Krapo popopliko poliko krapo (x3)
Lev palolo alé téléfonn zot makro
Misié-la pé débousé
Mo ankor dormi
Pa ankor lévé
Zot trapé zot pilé
Pa gagn létan démayé
Dan biro zot fer rénion
Zis pou vinn kas to lizié
Si to arozé biyé
Zamé to pou gagn trapé
Dan prizon mo konn boukou
Ki pé krazé pou nanié
Zot dakor gagn baté aksepté pa randé
Éna mem ki abizé
Zot tapé ziska touyé
Mwa mo lev lamin lao
Enn zour zot nam pou gréné
Misié-la misié-la
Nou pa tro kontan twa
Vey mwa dormi
Vinn éklat kot mwa
Non mo pa vann ladrog
Mo vré yenn sé raga
Kan mo trouv zot figir
Mo anvi fann kaka
Akoz nou pa kontan ti bolom blé
Nou apel zot krapo
Tou bann zanfan guetto
Zot pas pou enn bann zanimo
Lorgey mari baté
Kan trouv nasion roul loto
Apiy matos dan nou tikwan
Rod avoy nou dan kaso
*
Polis polis krapo (x3)
Lev palolo alé téléfonn zot makro
Krapo popoliko poliko krapo (x3)
Lev palolo alé téléfonn zot makro
Misié-la rantré li pa donn létan kozé
Li trouv kaméra isi
Li al fouy par lot koté
Fini koné mazik mem
Pou déroulé la névé
Sitan boukou pé zalou
Kisannla pou frekanté
Wé nou nou pa gagn zot
Nou bann lennmi inn anvi
Nou gagn trapé sa
Nou pa gagn zot traka
Enn dé kou mo anvi klak zot
Zot bizin dir gran mersi
Ki koumadir deryer zot fes éna lalwa
Marsan pima
Mo kam sa
Zot vinn trap li
Avek bann kitsoz ki pa pou li
So bann lennmi bien koné
Pa so gram sa
Si ariv sa
Zot bann frer
Lerla zot pou santi li
Aret kontan maler zot prosin
Tansion zot tanay
Désiré ar lisien
Négro nou pé travay
Nou pa pé vann sé pa bien
Aret tret nou voler
Kan zot mem ki pé kokin
Ya man
*
Krapo popoliko poliko krapo (x3)
Lev palolo alé téléfonn zot makro
Krapo popoliko poliko krapo (x3)
Lev palolo alé téléfonn zot makro
*
Misié-la misié-la
Nou pa tro kontan twa
Misié-la misié-la
Nou pa tro kontan twa
Misié-la misié-la
Nou pa tro kontan twa
Eh lev palolo alé téléfonn zot makro



Chaîne de solidarité pour… les accusés

Les vidéos illustrant les policiers utilisant des tasers pour torturer des prévenus continuent à faire débat. Si ces images horrifient les Mauriciens et autres citoyens du monde, un autre discours abonde sur Facebook. Celui des collègues et autres internautes qui soutiennent les présumés accusés. 

Ils ne veulent pas avoir le blues… mais ne jurent que par les bleus, soit leurs collègues policiers. En effet, depuis quelques jours, plusieurs officiers publient des messages de soutien sur Facebook face aux actes de torture sur des prévenus en détention par leurs pairs. 

«To pé dire torture… Brutalité policière… Ki arriver si ene dimoune rentre dans to la caz, trapp to famille, ou to fam, to tifi viol zot, batt to fami, sekestration. Ey ou la missie violer, rann enn service, sil vous plait, please. Eski ou fine viole sa fam la, sa tifi la, sa vieille madame la? Alor voleur reponn: Ta garde, mo lekip scavengers p vini la, mwa mo panne faire sa. Allo missie sef, li pann faire sa. Missier sef reponn: laisse li re alle viole banne les zot fami», écrit un internaute. Il conclut son post Facebook sur les notes suivantes : «I was, I am and will always remain a blue. Criyé mwa crapo, polico, ti bolom ble etc (…) Once a blue, always a blue. Support to all my colleagues the blues.» 

«Once a blue, always a blue» 

Ces propos reçoivent alors une soixantaine de commentaires… de soutien. De style «Well said, boss», «Once a blue, always a blue», «In this country the law is mostly in favour of the wrong one… I salute the officers who do their job as required» ou encore «Ene crapo rentre cote toi kokin torture to parent touille to famille. La police bizin caress li? (…)». Un internaute lui prend aussi position: «La force policière est toujours critique. Rien n’est jamais parfait. Chacun fait son travail. Après les émeutes ou un cyclone, quand vos proches sont perdus en mer, c’est un officier de police qui intervient. Tomorrow when a criminal threatens you, will you go for courtesy or decisive swift action? Why do we invoke Human Rights only for criminals?», affirme ce dernier qui écrit en tant que citoyen. Il s’interroge aussi sur ceux qui travaillent dur pour aider leurs familles ainsi que la personne handicapée livrée à elle-même. «Stop showing fake sympathy to victims through your keyboard. Either be real or just avoid getting into political games», ajoute-t-il. Évidemment, plusieurs internautes réagissent en soutenant ses propos. Nous avons essayé de contacter les auteurs des commentaires de soutien aux policiers accusés dans l’affaire de torture, en vain. 

Qu’en est-il des autres policiers ? Pour l’ex-inspecteur Ranjit Jokhoo, cela ne veut pas dire que les officiers qui soutiennent la police adhèrent à la violence. «Il est normal que comme ils font partie d’un groupe, qu’ils aient des collègues, maintiennent ces relations et soutiennent les collègues.» Quid de la violence ? «Il ne faut pas se voiler la face et dire qu’il n’y en a jamais eu. Les récents événements de brutalité alléguée ne doivent pas impliquer que la violence provient seulement de la police. On a des suspects quand il y a eu violation des droits à l’égard des citoyens. Je ne viens nullement justifier la violence.» 

«J’interprète ces posts d’une autre manière. Parfois, certains policiers ayant l’uniforme se sentent investis d’un pouvoir. La police ne recourt pas à tout bout de champs à la violence. Cela a diminué», estime un ancien officier. 

Mais ce recours à la violence augmente-t-il dans la police ? Les vidéos ne sont pas des cas généralisés, poursuit notre interlocuteur. «Dans tout département, il y a quelques brebis galeuses et lorsque c’est filmé et diffusé, on tend à croire que c’est généralisé. Ce n’est pas non plus justifiable», indique-t-il. 

Selon un policier en service, tous les officiers ne sont pas à mettre dans le même panier. «Les droits humains sont souvent pour les accusés mais qu’en est-il des victimes? Quand ils soutiennent ces policiers accusés, c’est peut-être comme un parent, un collègue. Ce n’est pas l’acte de violence qu’ils soutiennent», souligne-t-il. Dans toute organisation, il peut y avoir des problèmes. Aussi, c’est plus un soutien moral qui survient, d’après lui. Notre interlocuteur condamne l’acte de violence mais face à un collègue qu’il soit incriminé ou pas, difficile de lui tourner le dos, avancet- il. «Loin de là de tolérer la violence. Si certains y ont recours, ils doivent assumer leurs responsabilités», évoque-t-il.



Les dossiers toujours à l’IPCC

Les premières vidéos de torture policière ont fait surface le 28 mai. Depuis, il y a eu une pluie de clips montrant des membres de la force policière torturant des détenus. Il y a eu un scandale, il y a eu des arrestations, des transferts et depuis, les dossiers sont en train d’être traités. 

Pour rappel, après la révélation des vidéos, le sergent Badal Reedoye, l’inspecteur Kailash Deerochoonee et le constable Kitteewansingh Gokhool avaient été arrêtés le 29 mai. Puis, le 6 juin, les constables Gopalen Moorghen, Bheemul Lutchmun et Baboo Ekantsingh Purgaus avaient aussi été arrêtés. Et, entre le 10 et le 17 juin, ils ont été libérés sous caution car la police ne peut pas enquêter sur les membres de la force policière. Les dossiers ont donc été transférés à l’Independent Police Complaints Commission (IPCC) et seront transmis au Directeur des poursuites publiques. Rappelons que dans le cas de Krishna Seetul, l’IPCC avait bouclé l’enquête après deux ans.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x